Madame Céline Toingar, Coordinatrice de L’Association pour la Défense  des Femmes et Filles Victimes de la Violence Sexuelle (ADFFVVS)

  

Objet : suite a votre communiqué publié dans le site Tchadanthropus

 

Madame la Coordinatrice,

 

Par la présente,  je  voudrais bien vouloir vous apporter les éclaircissements suivants, suite a votre communiqué publié sur le site « Tchadanthropus », en date du 28 Décembre 2014 intitulé « enlèvement d’une mineure par le Docteur Adam Mahamat Seïd ».

 

En effet, l’objectivité d’une information doit requérir le minimum du professionnalisme de votre part et surtout de la part des personnes qui mettraient de telle nouvelle a votre attention. Je pense bien que l’association que vous dirigez doit être une organisation crédible, du fait de la lutte qu’elle mène ? Si non, comment comprendre que vous vous emprendriez a des citoyens crédibles, jaloux de leurs dignités? Je suis  un cadre supérieur de la santé. Et j’ai servis plus de  six ans entant que délégué sanitaire dans le Borkou et bien avant dans d’autres services du ministère de la santé de mon pays depuis dix (17) ans. Donc, la non-violence sexuelles ou autres sévices corporels sur les femmes, font parties de mes activités quotidiennes. Si vous êtes crédibles et que vous suiviez  de telles actions, c’est moi qui a sauvé de justesse de la mort, madame Tchongoi, évacuée de Faya sur N’djaména avec un séjour de 25 jours dans le coma au service de la réanimation de l’hôpital General de Reference Nationale de N’djaména, suite à l’amputation de ses deux oreilles, son nez, et   douze (12) coups de blessures avec armes blanches par son mari. D’autres ONG crédibles et à caractère non tapageur, ont pris le relais et a l’heure actuelle, cette dame vit aisément avec une bonne santé en Suisse.

 Je sais que ce communiqué pamphlétaire, relève de l’ineptie de votre part.

Le mariage dans notre coutume se célèbre selon le consentement des parents de la fille. Le père dont vous citez le nom dans votre communiqué, a lui-même mandaté Monsieur Abdallah Ahmed afin de procéder au mariage de sa fille avec un homme de son choix. C’est ce qui a été fait depuis 2 ans.  Et Depuis lors, la fatia a été prononcée entre moi et la «  fille enlevée » et don vous terrez le nom.  J’en doute fort si vous connaissez bien son nom. De ce fait, elle devient de facto mon épouse légitime avec son consentement bien sûr. Car le mariage a été célébré de manière religieuse et selon la coutume Kanembou. Elle est âgée de 18 ans. De ce fait, elle n’est pas mineure. Sur quel code civil, vous a – t- on apprit cette minorité?

 

C’est au moment ou j’étais  allé chercher mon épouse pour la noce, que certains détracteurs ont poussé son père sous prétexte que c’est un enlèvement.


J’étais ni de prêt, ni de loin été appréhendé par la police comme vous le mentionnez dans votre communiqué. Lorsque le père, sous des pressions occultes a saisi le ministre de l’intérieur, qui a instruit a son tour le D.G. de la police pour notre audition a la police judiciaire, les deux parties s’étaient présentées et chacune d’elle a donné sa version de fait. Le procès verbal d’audition a été renvoyé au procureur de la République, qui l’a transmis à son substitut qui n’a pas qualifié d’enlèvement cet acte de mariage. C’est vous dire qu’aucune infraction n’a été retenue contre ma personne.

 

Madame la Coordinatrice,


Je sais que vous êtes à la solde de mes détracteurs, des personnes qui cherchent coûte que coûte à me nuire  ainsi qu’a nuire  mes proches. Mais sachez que ces détracteurs aux colles blancs, attendrons pour longtemps. L’idéale aurait voulu que vous reprochiez de moi afin de vous donner la version contraire. C’est ce que vous n’avez pas fait. 
Le fait que  vous vous êtes attaqué au procureur de la République ainsi qu’aux autorités de la police, vous regarde. Mais en mon humble avis, je dois avouer votre incompétence quand a la véracité de  tout ce que vous avez fomenté à ma personne.

 

De tout ce qui précède, je vous demande de porter un démenti formel à vos allégations dénouées de tout fondement. Je me réserve de droit de poursuite contre vous et les personnes qui ont décidé d’en découdre avec moi en profitant de cette affaire. La justice est pour tous.

 

Recevez mes salutations citoyennes.

Docteur Adam Mahamat Seid

Tel : 66 29 79 41 / 99 29 79 41

 

Copie :

      Ministre de l’intérieur ;

      Procureur de la République ;

      D.G de la Police Nationale

 

337 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article