Dans une déclaration faite ce lundi 05 décembre 2022, le procureur  de la république près la cour d’appel de NDjamena n’a statué que sur le sort de 401 personnes. Pourtant, les autorités judiciaires ont confirmés en novembre dernier, l’arrestation et la déportation de  621 personnes dont 83 mineurs à la haute prison de sécurité de Korotoro. Mais où sont passés les 137 autres dont les autorités trouvent leurs cas ‘’Plus sérieux’’ ?

Sans inquiétude non pas la moindre, le procureur de la république près le tribunal de la cour d’appel de NDjamena a rendu un verdict sur 401 détenus qui ont comparu sans  l’assistance d’un avocat ce lundi. Verdict qui a condamné 80 détenus à des peines d’emprisonnement avec sursis, 59  sont déclarés non coupables et 262 autres ont été condamnés à  des peines  d’emprisonnement ferme. Cependant, le silence sur les 137 autres fait réagir un bon nombre des citoyens. Beaucoup des familles qui n’ont pas vu leurs proches arrêtés depuis le 20 octobre sont plongées dans l’inquiétude. Le pire, ce procès s’est tenu sans l’assistance des avocats. Tous s’est  passés à huis clos. Ce qui amène à se demander  comment un tel procès peut se tenir sans l’assistance d’un avocat de la défense ?  Le gouvernement  de transition en l’occurrence les autorités judiciaires doivent en effet  faire la lumière sur le reste des 137 personnes pour que leurs proches soient situés peu importe la gravité de leur actes.

Le Tchadanthropus-tribune

2735 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire