La suspension de Mahamat Nour Ibedou par la justice continue d’offusquer l’ensemble des Tchadiens, de par sa brutalité et son injustice. Les membres du bureau exécutif de la CTDDH (la convention tchadienne de droits de l’homme) dont Ibedou est le secrétaire général ont dénoncé aujourd’hui devant la presse la volonté des hautes autorités de se débarrasser du SG de la CTDDH.

Cet après-midi, devant la presse et en présence des membres du Bureau exécutif, Mr Abbas Al Hassan, chargé de l’Encadrement et de la Formation de la CTDDH a déclaré que le dossier joint à l’acte de suspension comporte des irrégularités et de mensonges tissés de fil blanc. Il précise que ces manœuvres ne pourront en aucune manière empêcher la CTDDH de continuer à se tenir aux côtés des opprimés.

Rappelons que Mahamat Nour Ibedou a été suspendu par une ordonnance du Tribunal de grande Instance de Ndjamena le 12 Août dernier suite à une requête introduite par un ancien membre de la CTDDH pourtant exclu de l’association depuis juillet 2020 pour détournement de fonds de l’Association.

Toutefois, le gouvernement d’Idriss Déby n’a aucun droit de procéder de la sorte, car toutes les manœuvres diligentées s’avèrent fausses et dénuées de tout fondement.

L’approche des élections à venir ne doit pas permettre au régime dictatorial de N’Djamena, de procéder aussi illicitement a dégagé le chemin pour des tricheries à venir.

Les ONG de droits de l’homme, la société civile, et les partis politiques de l’opposition ne doivent pas s’arrêter au seuil des simples communiqués de dénonciation. La sensibilisation doit aller plus loin pour toucher les partenaires du Tchad, et dire que la démocratie dans notre pays est en danger. C’est le silence complice qui autorise le régime Déby de procéder de la sorte. Il faut tous ensemble dire non à l’inacceptable.

Tchadanthropus-tribune

378 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article