Le collectif des avocats de Baradine Berdei Terguio a une nouvelle fois exigé sa libération immédiate, deux mois après son interpellation à N’Djamena. Le collectif est composé de Maîtres Nodjitoloum Salomon, Djimbaye Asra Serges, Dainonet Fréderic, Fréderic Nanadingue et Lalngar Max.

Initialement, il serait reproché au défenseur tchadien des droits de l’Homme d’avoir posté des éléments textuels relatifs à la santé du chef de l’État, sur sa page Facebook. Toutefois, d’après le ministère de la Justice, Baradine Berdei Terguio serait inculpé pour cybercriminalité et détention illégale d’armes. “Le fait de s’interroger ou de se prononcer sur la santé de chef de l’État n’est pas constitutif d’une infraction”, selon le collectif d’avocats qui dit “aisément comprendre pourquoi les griffes sont orientées vers la cybercriminalité et la détention illégale d’arme.”

“Comment justifier qu’un commando puisse investir le domicile d’un citoyen, sans aucun mandat et dans un accoutrement pour le moins surprenant, puisqu’ils étaient cagoulés”, expliquent Maîtres Fréderic Nanadingue et Lalngar Max.

Ils précisent que les droits de Baradine Berdei Terguio n’ont pas été respectés, et soulignent que l’accusation de détention d’arme est fausse sachant que sa famille assure qu’il n’en dispose pas.

Tchadanthropus-tribune avec Alwihda Info

315 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article