Engagés dans un bras de fer avec le précédent gouvernement au sujet des primes et des salaires cumulés depuis 2016, les enseignants ont suspendu leur mot d’ordre afin de donner le temps au nouveau gouvernement de trouver des solutions. RFI a fait le tour de quelques établissements publics pour leur rentrée ce lundi 8 janvier.

Du lycée de Gassi dans le 7e arrondissement en passant par le lycée Félix Eboué et de technique commerciale dans le 3e arrondissement, l’ambiance a repris entre les élèves dans les établissements. Ce sont aussi les retrouvailles avec leurs enseignants. Même si cette reprise reste timide dans d’autres établissements, ici, les élèves rencontrés sont heureux de retrouver les salles de classe. « Cela faisait deux mois et quelques, on s’ennuyait, mais c’est la grève, on n’a pas le choix. Mais on reprend les cours aujourd’hui ! », dit l’une d’entre eux.

 

Les cours avaient été suspendus pendant deux mois, ces élèves espèrent que le retard sera rattrapé : « On doit évoluer en même temps que les élèves des écoles privées donc on demande aux profs d’être actifs et d’être là à l’heure », explique une jeune, tandis que son camarade « espère qu’on va rattraper le retard pour que l’école tchadienne avance. »

 

Les enseignants s’attendent à ce que la tâche ne soit pas facile, mais promettent de relever le défi : « Nous devons reprendre les cours pour que nos enfants aient une formation et nous allons prendre notre courage à deux mains pour que nos enfants aillent à l’examen. »

 

Le Premier ministre de transition, Succès Masra, a annoncé qu’il consacrera chaque week-end 2h de temps à enseigner. De nombreux Tchadiens lui ont emboité le pas en promettant d’enseigner dans leur domaine de formation.

Le Tchadanthropus-tribune avec Rfi

656 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire