Le bureau provisoire (ex-comité de crise) du Syndicat des enseignants du Tchad a tenu ce mercredi 07 février à l’école du centre de N’Djamena une assemblée générale. L’assemblée a décidé de proroger la trêve jusqu’au 5 mars 2024.

Lors de cette séance, le président du comité de crise Djimhoudel Faustin a rendu compte à ses collègues enseignants de leurs multiples rencontres avec le Premier ministre et le ministre de tutelle. Sur 7 points de revendications, 5 sont pris en compte par le gouvernement. Selon lui, le point culminant est le reversement des primes coupées par les 16 mesures d’austérité.

 

“Le Président de la République et surtout le Premier ministre ont accepté de nous donner des terrains et motos en compensation des 16 mesures et des voix se sont élevées. Nous avons compris que la grande tendance voudrait bien avoir le terrain, mais que cela ne traine pas dans le temps”, rapporte–t-il.

 

Il poursuit que d’après le Premier ministre, cette décision a été prise par le chef de l’Etat. Ce qui rassure le comité de crise de la réalisation de cette promesse. “Le Premier ministre nous a demandés de le rencontrer encore à partir du 05 mars pour plus d’informations et comment mettre en marche ce projet d’attribution de terrain et d’engins aux enseignants. Toutefois le choix est là, et la plupart ont accepté”, souligne-t-il.

 

Djimhoudel Faustin rappelle que le mot d’ordre est de poursuivre avec les cours. Les négociations se poursuivent donc le dialogue n’est pas rompu, rassure-t-il.

La grève des enseignants a été suspendu le 6 janvier pour un mois suite à des promesses du gouvernement de prendre en compte leurs revendications.

Le Tchadanthropus-tribune avec Tchad info

453 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire