A l’issue de la journée de réflexion sur l’enseignement supérieur et la recherche au Tchad organisée par le ministère de l’enseignement supérieur de la recherche scientifique et de l’innovation à NDjamena,  le ministre de tutelle Dr Tom Erdimi dans une interview, souligne que les étudiants non aucun problème. Cependant, ils ont besoin des bourses, de la restauration à moindre coût et des bus de transport qui sont ponctuels.

S’agissant de l’élasticité de l’année académique dans les universités, Dr Tom Erdimi dit que le problème se situe au niveau des enseignants qui abandonnent leurs postes initiales et font  des vacations dans d’autres localités et ne se forment pas.<< Les enseignants se mettent en grève ici et font des vacations ailleurs et ils restent avec les mêmes grades pendant 10 ans 20 ans >> déplore Dr Tom Erdimi. Cependant le ministre informe que désormais le calendrier de  l’année académique sera respecté. « Il n’y aura pas des années élastiques c’est fini. L’année commence  en octobre et fini en juin » a-t-il signifié.

L’élasticité des années académiques précisément à Ndjamena ne date pas d’aujourd’hui. Chaque année les étudiants font plus de 12 mois de cours avant d’achever une année académique. Ce qui pousse notamment beaucoup des jeunes Tchadiens à trouver refuges dans des pays voisins pour les études supérieures.

Vivement que les mesures énumérées par le Ministre de l’Enseignement Supérieur change la donne pour un enseignement supérieur de qualité au Tchad.

Le Tchadanthropus-tribune

2415 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire