Ouverte le 16  novembre, l’inscription à l’université de NDjamena se poursuit avec d’autres procédures à observer avant d’obtenir la carte d’étudiant après la phase d’inscription. Ils se donnent tous les moyens pour arriver au bout de  la procédure. Chaleur, patience et persévérance sont les partages de ces aspirants étudiants.

 

Très tôt, les nouveaux bacheliers se pointent devant le service de la scolarité de l’université en vue de retirer un ordre de recette. Ce papier permet à ces derniers de se rendre à la banque verset une somme de 50.000f comme frais d’inscription. Apres la fin de cette étape, les aspirants étudiants reviennent au service de l’informatique pour la biométrie. Tout un sacrifice se consenti dans cette phase pour ce faire filmer. Encombrer dans un fil indien interminable, rares sont ceux qui arrivent à se faire filmer le même jour. Dépassés, certains passent des nuits dans les locaux de la présidence de l’université dans l’espoir d’arriver à se faire filmer très tôt. « Nous sommes tellement nombreux et ce n’est pas vraiment facile de se filmer vite,  malgré que j’ai passé la nuit ici, mes camarades sont toujours venus se mettre en rang avant moi », se lamente un bachelier. Il faut noter aussi que les inscriptions ont été clôturées plongeant ainsi certains bacheliers dans la désolation.

Crée en 1971,  l’université de N’Djamena accueille Chaque année de plus de 30 milles étudiants toutes filières confondus. Cependant la qualité de l’enseignement laisse à désirer vu le nombre pléthorique des étudiants avec l’insuffisance des infrastructures. Dans leurs soucis de refonder l’école Tchadienne, les hautes autorités doivent  améliorer le système éducatif en réduisant par exemple le nombre des étudiants par  amphithéâtre.

Le Tchadanthropus-tribune

2485 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire