En prison depuis plus d’un an en Egypte, le sort de Tom Erdimi, un des principaux opposants au pouvoir de la famille Déby, inquiète une partie de la communauté Zaghawa à N’Djamena. Il a été présenté à un juge égyptien le 16 juin.

Frère jumeau de l’opposant au pouvoir de la famille Déby au Tchad, Timan ErdimiTom Erdimi est détenu en Egypte, à la prison de Tora, depuis décembre 2020. Il a été présenté à nouveau le 16 juin à un juge égyptien. Aucune date de procès ne lui a toutefois été communiquée. Le dossier de Tom Erdimi – Zaghawa tout comme son cousin Mahamat Idriss Déby, dit « Kaka » – continue d’être nimbé de mystère.

La justice égyptienne lui reproche d’avoir porté atteinte à la sécurité de l’Etat. A la tête de la transition tchadienne, Mahamat Idriss Déby aurait évoqué le sort de Tom Erdimi avec le président Abdelfattah al-Sissi lors de son séjour en Egypte, en janvier 2022. Aucune décision n’avait été arrêtée à l’époque, alors que l’incarcération d’Erdimi date de la période où Idriss Déby était encore président du Tchad, avant son décès en avril 2021. Il semble que le dossier ne soit pas près de se résoudre.

Timan bientôt de retour au pays ?

Tom et Timan Erdimi sont les deux principaux leaders du groupe rebelle de l’Union des forces de résistance (UFR) qui a mené l’offensive de 2008 contre Idriss Déby, puis celle de 2019. Tom Erdimi a été l’un des architectes du développement de l’industrie pétrolière au Tchad à la fin des années 1990. Un temps bien introduit à Washington, il a notamment travaillé avec ExxonMobil, qui produit le brut de Doba depuis 2003. La major américaine partira du pays début juillet après avoir cédé ses activités à Savannah Energy pour 626 millions de dollars (AI du 24/06/22).

De son côté, Timan Erdimi vit à Doha depuis dix ans à la suite d’un accord entre le Soudan et le Tchad. Depuis le 13 mars 2022, date du début des pourparlers avec les politico-militaires hostiles au régime à N’Djamena (52 mouvements) au Qatar, le cas de Timan Erdimi demeure l’un des sujets clé des discussions. Ce dernier pourrait, à la signature du pré-accord qui devrait avoir lieu dans les prochains jours, regagner le Tchad. Il continuera depuis son pays à mettre la pression sur « Kaka » pour que Tom Erdimi – le financier des activités de l’UFR grâce à son réseau international – sorte de prison au plus vite.

Tchadanthropus-tribune avec Africa Intelligence

3971 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire