En recevant en audience, la bande à Golhor et autres, Idriss Déby en monarque absolu fixe les dates des élections législatives prochaines. Se vautrant sur son trône avec un mépris total, l’hyper président se délecte du pouvoir absolu et distille ses affirmations sans un regard pour son assistance. Il faut noter que depuis 2015, que les élections législatives devraient être tenues et assez souvent repoussées pour des problèmes de finances avance-t-on. Calcul politique ou symétrie parallèle pour tirer le tapis sous les pieds de l’opposition à l’époque boostée par l’élan des élections présidentielles en vue ? Toutefois, les Tchadiens sauront désormais sanctionner son pouvoir en allant voter pour l’opposition démocratique, pourvu qu’elle sache mobiliser et avoir un discours très clair envers les autres organisations crédibles. Les élections au mois de novembre 2018, il faut faire appel à des organisations internationales qui puissent garantir la crédibilité des urnes, sans aucune tricherie du MPS et son président, habitués assez souvent à dénaturer les aspirations légitimes du peuple tchadien. Avec l’hyper présidence d’Idriss Déby, l’Assemblée nationale pourra être la seule balance de poids contre les outrages et la dictature politique au Tchad. Sinon, le discrédit optique qui entache certains leaders de l’opposition politique sera un boulet à trainer, et qui désorganisera à jamais toute entité politique comme contre pouvoir, et adieu cette forme de démocratie unidirectionnelle que végète le MPS et ses aspirants.

 Tchadanthropus-tribune

 

1516 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article