Les citoyens tchadiens, et particulièrement ceux de la capitale tchadienne vivent au rythme de délestage sauvage et continu de la SNE, société nationale d’électricité. Que faut-il dire à nouveau pour que les responsables du secteur puissent ouvrir les yeux ? Tout a été dit et redit sans qu’aucune partie ne s’en émeuve. Il faut noter que le secteur d’électricité est devenu la vache à lait où plusieurs lobbys continuent de se sucrer ne laissant point le développement de ce secteur malgré l’avènement du pétrole au Tchad. 

À la vue du désastre encouru, plusieurs voies se sont levées pour dénoncer cette injustice sans que les pouvoirs politiques ne réagissent. S’ils le font, c’est aux rabais parce que beaucoup d’entre eux sont impliqués dans ces lobbys.

Le Mouvement Citoyen jeunesse en Marche s’est insurgé la semaine dernière contre les coupures intempestives d’eau et d’électricité et la non-exécution des promesses d’Idriss Déby.

D’autres associations continuent le combat pour que chaque citoyen puisse avoir l’électricité décemment. Toujours sans aucun résultat. 

Il y a dans la vie d’un pays des priorités au développement, et l’électricité est primordiale pour le progrès de la société.

Depuis l’indépendance de notre pays, le secteur de l’électricité n’a point évolué alors que la population est multipliée aujourd’hui par 10. Il faut nécessairement trouver une solution à ce problème si les entités politiques voulaient voir le Tchad aller de l’avant. 

Tchadanthropus-tribune

667 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article