Le despote tchadien Idriss Déby a nommé lundi au poste de Premier ministre Djimrangar Dadnadji, actuel directeur de cabinet du chef de l’Etat et plusieurs fois ministre, après la démission le jour-même d’Emmanuel Nadingar, selon une information lue à la radio nationale. J’ai l’honneur de déposer (…) ma démission comme Premier ministre chef du gouvernement, il y a trois ans vous m’avez nommé à ce poste, aujourd’hui je suis arrivé au terme de ma mission, a écrit M. Nadingar dans sa lettre de démission. C’est la même radio qui a également annoncé la nomination de M. Dadnadji, actuel directeur de cabinet civil à la présidence de la République. La démission de l’ex-PM, Emmanuel Nadingar a été lue par le Ministre Secrétaire Général du Gouvernement sur les ondes de la radio nationale ce 21 Janvier 2013. «C’est une surprise. Je viens d’apprendre la nouvelle de la démission du PM. Qui est ce qui se passe? Il y a quelque chose? Nous allons suivre l’actualité», se demande un agent de la fonction publique.

 

 
© journaldutchad.com 
Djimrangar Dadnadji Joseph (g) et Emmanuel Nadingar (d)

Une nomination qui surprend tout le monde, personne ne s’y attendait et n’y croit vraiment pas. De nombreux journaux depuis quelques semaines se lançaient dans des conjectures sur les potentiels candidats à la primature, mais tous sont passés à côté de la réalité avec la nomination d’une nouvelle tête comme chef du gouvernement. Selon certains analystes politiques, cette démission était prévisible cela ne devrait pas surprendre les gens. Maintenant, l’heure est aux commentaires dans la capitale tchadienne et de nombreuses personnes commencent à s’interroger sur le prochain remaniement à prévoir ou le maintien de l’équipe gouvernementale actuelle. La réponse de cette question est attendue dans les heures ou les jours qui suivent. 

Emmanuel Nadingar, en poste depuis mars 2010, avait été reconduit dans ses fonctions après la réélection contestée d’Idriss Déby lors de la présidentielle d’avril 2011. Les remaniements au sein du gouvernement sont fréquents dans ce pays sahélien tenu d’une poigne de fer par le président Déby, au pouvoir depuis 1990, et les Premiers ministres restent rarement plus de deux ou trois ans en poste.

 

Par Edouard Takadji
348 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article