Assigné à résidence depuis près de trois ans, le cofondateur de Griffiths Energy, le Canadien Naeem Riaz Tyab, verra bientôt les conditions de sa détention assouplie pour « bonne conduite ». Le 3 mai, le tribunal du District of Columbia a confirmé la levée de son couvre-feu (fixé jusqu’alors entre 22 h et 6 h) et lui donne la permission de voyager librement aux Etats-Unis. Il conserve cependant son bracelet électronique et a toujours l’interdiction de quitter le pays.

En avril 2019, Tyab avait plaidé coupable d’une violation du Foreign Corrupt Practices Act (FCPA), dans le cadre des activités tchadiennes de la firme canadienne Griffiths Energy. Celle-ci est devenue en 2012 Caracal Energy, avant d’être rachetée en 2014 par le trader suisse Glencore, et ses actifs sont en passe d’être acquis par Perenco. Griffiths est soupçonné d’avoir versé deux millions de dollars à plusieurs officiels tchadiens pour obtenir des permis pétroliers en 2011, notamment à l’ex-ambassadeur tchadien aux Etats-Unis (2004-2014) Mahamoud Adam Béchir (AI du 28/05/21), actuellement ambassadeur en Russie après avoir ouvert la première mission diplomatique du Tchad en Afrique du Sud. Griffiths Energy n’a pas été poursuivi devant la justice américaine, s’étant acquitté d’une amende de 10,3 millions de dollars canadiens dans son pays.

Depuis plusieurs mois, Tyab a accepté de coopérer avec le FBI. Mi-février, l’audience de détermination de la peine (sentencing hearing) a été repoussée à une date indéterminée, afin de le laisser poursuivre sa coopération avec les Etats-Unis (AI du 16/03/22).

Africa Intelligence

408 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire