Les agents déployés dans la zone méridionale pour l’enrôlement biométrique de la population menacent de boycotter le processus d’enroulement.

Déployés dans le sud du pays il y’a de cela 72h pour certains et 48h pour d’autres, ces agents d’enrôlement font l’objet d’une marginalisation de la part de la Commission nationale chargée de l’organisation du référendum constitutionnel (Conorec) et des autorités locales. Depuis leur arrivée dans les sept (7) provinces, ces agents sont traités de la pire de façon. La plupart de ces agents déployés n’ont jusqu’à présent reçu aucune visite des autorités de la place et même celle des représentants de la Conorec.

Logés dans les résidences et palais des gouverneurs, ces agents ne sont pas prises en charge depuis leur arrivée dans les provinces, témoignent quelques agents déployés.

Formés pour un besoin pressant, les maintenanciers formés sont relégués au second rang. « Depuis que nous avons fini la formation, nous n’avons pas perçu nos frais de formations et comme cela ne suffisait pas, nous n’avons pas aussi reçu l’argent de poche journalier et aucun montant ne nous n’a été donné pour commencer le travail», laisse entendre l’un des maintenanciers sur le terrain.

Selon les informations reçues, plusieurs maintenanciers font l’objet des menaces par des individus inconnus se réclamant membre du bureau de Conorec.

Cette première étape de deux (2) semaines qui a été lancée par le ministre de l’administration du Territoire, Limane Mahamat, le lundi 24 juillet à Sarh, se voit déjà retardée car sur le terrain, plusieurs agents de diverses provinces ne sont jusqu’à là pas déployés dans les départements respectifs et ne savent sur quel pied danser.

Ces agents déployés dans ces provinces, après une concertation se disent déterminés à prendre les choses en main si aucune solution n’est trouvée. Si déjà ces agents déployés dans ces provinces sont marginalisés, à quel type de travail et résultat doit on s’attendre ?

Tchadanthropus-tribune avec Lepays.com

1283 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire