En fin d’année 2006, alors que l’effondrement du FUC ait effectif. Et puis les grands espoirs nés avec l’émergence du FUC (Front Uni pour le changement) se sont vite évaporés.  Du  coup, on se retrouve au sein des mouvements claniques, avec à leurs têtes, pour la plupart, des anciens collaborateurs du Président Idriss Deby Itno (IDI)  qui, à travers des plans diaboliques, ont, tout d’un coup, morcelé, bien sûr, avec la bénédiction des services des renseignements soudanais, la rébellion en ethnie, en clan et en famille. De l’autre, nous sommes en face d’un régime  aussi clanique, vantard et mafieux, dit MPS.  


Alors, au vu de cette situation de non choix, nombre des jeunes s’est invité dans le débat tout en dénonçant d’un coté les mauvais agissements d’IDI et de l’autre, le comportement irresponsable des ses rivaux, et, la rivalité des ses  rivaux entre eux-mêmes.


D’où, pour ma part, j’intervenais alors malgré les différents périples guerriers  malgré un keyboard et un français de l’école buissonnière, sous le prénom de Mahamat Abouzahra, jusqu’ à ce qu’un jour un autre Abou zahra,  dit Almazloum, y fait surface et s’y intervient en effet dans le débat, mais lui, avec un français digne d’un élève du collège Montaigne et d’un universitaire hors pair mais sème de facto la polémique au sein des internautes. D’aucuns l’attribuaient pour Mahamat Assilek, d’autres pour un mercenaire à la solde du pouvoir.


Ce dernier m’y impressionne au plus fort de moi, mais je ne me désamorce et ne me désarme non plus.  Je change donc des prénoms. Tantôt  avec (Alhadj, Joseline, Algoumier, Habib Mohmed ou Mohemed …) tantôt  avec  dernièrement d’autres plus risqués pour le moment, jusqu’ à ce qu’un matin d’octobre 2010 IDI descende  à  Moussoro, avec l’aval des nos chefs ralliés, nous donner le coup de grâce lorsqu’il a dit dans un arabe zakhawisé « …sinon… Mais, comme nous sommes entre deux fêtes… je vous pardonne …on a vos noms, vos adresses … donc, chacun peut repartir soit de cultiver son champ, soit suivre ses troupeaux ou  soit se débrouiller en attendant… ».Donc, ma rébellion  finit avec un 15000FCFA dans les dunes de Moussoro.


En attendant ?
  On est pourtant en 2016 et pas de changement. On est resté nous même, on éprouve les mêmes désespoirs et puis on se nourrit (tous les Tchadiens avec nous), des jours en jours, de déceptions en déceptions. Notre rébellion, nos leaders, nos sympathisants, nous les éléments, sommes tous évaporés. Et surtout, ne demandez plus de l’état d’esprit de ceux qui, comme moi, aient regagné le pays ?  Dans quel état étaient-ils ? Visiblement, aux abois. Franchement, nous avons totalement  perdu  le verbe.


Oui, nous avons, non pas seulement, perdu le verbe mais, aussi et surtout, perdu la raison.  Car la situation aujourd’hui est difficile à décrire. Malgré les accords, individuels ou collectifs, avec ou sans condition, nous sommes délibérément soumis à un sursis qui ne dit pas son nom. Excepté les chefs, les camarades zaklawa (nourrissent des orphelins)  et Gourane (le lobby  Kony Allafouza- Gal Ntchami- Goukouni Weddey)  et puis  quelques  les rares individus des autres ethnies (apparentés avec les médiateurs)   qui sont réintégrés à la mangeoire, tout le reste  est catégorisé, et est fiché et rejeté. 

 
C’est pourquoi alors écrire devient donc très difficile, parler ne vous conduira que tout droit à Amsinéné et prétendre à un poste reste pour le moins risqué. A titre d’exemple : Le Vieux Moukhtar Nantcho et son camarde de fortune, Moussa Tao croupissent toujours dans le bagne d’Amsinéné pour leurs gueules ;  Bechir Hamdane Sakine, Ex-chef d’état major du FUC et membre du FSR.  Nommé par décret présidentiel S /préfet à Arada, se voit refuser de passer le service pour son idiotie.

 
Deux poids, deux mesures. Vous dites. Sinon, comment comprendre pourquoi les chefs des mouvements étaient nommés conseillers (Soubiane, Choua Dazi, Baba Ladé … à la présidence ; ministres (Dr Nahor, Dr Djime Adoum), Préfets ( Tambolé, Baba Ladé …)  alors qu’aux crétins, on y refuse délibérément des petits postes ou leur intégration au motif qu’ils sont rebelles . A moins, qu’il y ait aux yeux de IDI deux rébellions : une  constructive, celle de chefs- zakhawa et Gourane  et une autre destructive, celle des éléments des autres ethnies (je ne parle pas de ceux qui avaient ralliés avant 2009 ni de ceux de Brahim Irig qui sont venus avec la garantie de Hinda Deby Itno)


Tout de même, la rébellion s’est aujourd’hui volatilisée laissant derrière elle IDI et sa seule clique persister de plus fort de leur joie dans la chienlit. A sa gauche, une opposition des partis politiques complice (accord CNDP) au concert live des détournements (indemnités et factures de l’AN) et de surcroit, incapable de prendre la relève avec une  société civile immature, incapable, elle aussi, de faire bousculer le régime lesquels sont  arrimés par une presse clientéliste, partisane, inconnue et méconnue du grand public, ainsi que  de l’opinion internationale


En face de lui, une population amorphe, à la « Allah Karim  », composée essentiellement des  jeunes en chômage, des Talibés qui se bousculent et meurent sur le reste des mets des riches, des femmes qui font le trottoir pour subvenir au besoin de leurs enfants, des enseignants qui font la grève pour en avoir leur traitement, des campagnards qui creusent les fournières pour trouver quoi à manger … ??? –


Et puis, à sa droite, une classe pilleuse de deniers publics, composée majoritairement des tenants du pouvoir, des entrepreneurs (que le MPS appelle les  operateurs économiques) et des fonctionnaires véreux des Finances. Ceux- là et non d’autres, mangent dans hôtels, s’habillent en Geizner, nouent  des turbans différemment des autres, construisent des étages et montent des V8 ; ils parlent en effet France, Amérique pour l’accouchement de leurs femmes ; Egypte, Ethiopie pour les vacances de leurs enfants, Tunisie, Bahreïn, Soudan pour leurs soins ; Doubaï  pour leur shopping… ;.


De prime abord un tel chahut pourrait étonner. Du point de vue strictement patriotique en effet , le plus déplorable et inconcevable, à mon niveau, le silence des activistes et talents des 10 années passées : Dr Ley, Leadysh Ahmed, Abbas Kayangar, Mahadjir fils, Chidi Djorkodei, Ngoussou, Albissaty, Bourma, Dobio, Mht Kebbir, Enock Djondang … les   gestionnaires des sites et blogs Alwihda, Tchadactuel, Makaila, Tchadanthropus, librafrique , Ambenatna, Tchadoscopie , Tchad forum, Tchad espoir …  les anonymes Joe , Macoura, Almazloum, Chacal … qui ne constitue rien qu’une trahison ( il en va de même pour les chefs rebelles).


En effet, tous ces « chiens de la presse  » rebelle se sont enfermés dans un silence de cimetière et ont déserté l’espace médiatique en laissant seuls  DEUX et non Un TROISEMENT se gargariser sur le cadavre MPS : Makaila NGUEBLA et Mahamat Assileck HALATA  se débattant  seuls, en dépit des tentations, des menaces, des pressions.


Pour ne pas finir, je demande amicalement et fraternellement  aux différents gestionnaires des sites ci-hauts cités  de m’envoyer, si possible, les contributions  datant  2006 à 2009 aux noms de Mahamat Abouzahra (non Almazloum) , Algoumier ( depuis Elgeinena), al hadj ou Alhadj galmaye (depuis Elgeinena), Josseline wafi depuis Tripoli, Habib mohamed … et les communiqués portant création, coalition des mouvements et ceux  portant nomination des membres de leurs bureaux ou les communiqués donnant les bilans des différents combats pour qu’enfin ,je puisse au moins  me situer par rapport à certains événements pour ainsi  en améliorer un projet de mémoire BTS  qui s’intitule  « Les conflits armes au Tchad, de 2005-2009 » .

 
Ici, il sera question simplement de les en définir, d’en analyser ses causes et conséquences et puis comment en envisager des solutions durables auxquelles il faut adjoindre, si nécessaire, de perspectives d’une paix durable avec autant des mécanismes de gestions et de préventions (choses inexistantes et absentes de l’esprit d’un médiateur partisan)


Et aussi ma demande est adressée à vous chercheurs,  écrivains et journalistes, surtout Tchadiens ou d’autres spécialistes de la question du Tchad, afin  de m’aider à la rédaction de ce projet de BTS.

 
Bien que le BTS est un petit parcours pour vous,  mais  n’oublier pas  qu’en  m’aidant ainsi, vous auriez contribué non seulement à un travail scientifique mais , par-dessus, à la reconstruction de toute une jeunesse  qui, derrière des politiciens sans programmes ni vision politique, a tout perdu : Pour certains  la vie, pour d’autres,  l’espoir, l’école, le champ, le troupeau, le commerce … et le reste, sans repère, livré au plus offrant à un  IDI revanchard,  lequel  l’a chassé et en fin de compte le grand du  lot  s’est retrouvé  – par la suite-et- encore- et -toujours – dans les cimetières ou les prisons de la Libye- dans les cimetières ou les prisons de l’Algérie- dans les cimetières de la RCA ou le rang de sa  Séléka- dans les mimerais de l’or du Darfour ou dans l’armée soudanaise ou ceux comme moi ,assis dans les carrefours de Ndjamena conter les belles aventures du Darfour .  Voila. Ma demande 


Vos suggestions et contributions à l’adresse ci-après : mahamat_abouzahra@yahoo.fr

Fraternellement!

Le rescapé, Mahamat Abou Zahara, en année de BTS

Merci et bonne et heureuse année à tous

 

226 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article