De sources concordantes, les étudiants tchadiens au Cameroun crient au scandale lors de l’élection de leur bureau de représentation. De nature apolitique, au lieu de laisser les étudiants eux-mêmes choisir leurs représentants, l’ambassade du Tchad sur place s’en est mêlé jusqu’à insister sur la nomination d’un vassal inféodé au système et copté par les membres de ladite ambassade à l’insu de l’ambassadeur, Mr Karambal.

Pour asseoir l’association des étudiants, élèves et stagiaires tchadiens au Cameroun (AEESTC), l’élection a été politisée par le truchement de l’attaché de l’ANS (agence nationale de Sécurité), un certain Maïgari qui se trouve être proche du candidat choisit. La fabrique de ces genres de procédés pose un réel problème de légitimité, puisque des complicités et des preuves ont été fournies pour dénoncer ces faits.

Face à cette injustice, il faudrait noter que les représentants des autres candidats et le comité de crise représentants les électeurs sont allés plusieurs fois à l’ambassade du Tchad à Yaoundé pour demander l’annulation de cette élection constatant les innombrables irrégularités et les fraudes. Tout ce beau monde se retrouve face à un mur face à Mr Maïgari et la conseillère culturelle de l’ambassade.

D’ores et déjà le sieur Apollinaire choisi par les membres de l’ambassade s’en trouve discrédité.

Dans les normes, on devrait laisser les étudiants tchadiens eux-mêmes choisir librement leur représentant sans l’immixtion des membres de l’ambassade.

L’ambassadeur Mr Ahmed Karambal devrait permettre à l’association des étudiants de refaire cette élection dans la transparence totale. Il ne faut pas inculquer dès à présent la notion des fraudes à de jeunes cadres du futur sous peine que l’exemple en soit perpétué plus tard.

Joints par téléphone, certains étudiants demandent à ce que l’ambassadeur s’implique personnellement. Ils veulent écrire aux Affaires étrangères du Tchad et au ministère de l’Administration du territoire afin de dire le droit.

Tchadanthropus-tribune

1642 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article