Les religions doivent-ils être au centre de la paix ou elles doivent attiser le vent des révoltes ? L’église doit être au centre du village, mais pas un épicentre de rampes de lancement des hostilités.

Au cours d’une rencontre le 29 octobre, l’évêque de Moundou, Joachim Kouraleyo, s’est insurgé contre l’usage de la force le 20 octobre.

« Globalement, choisir le moindre mal c’est choisir le mal. Et le mal que vous avez choisi s’est bien produit et il s’évalue par plusieurs décès et blessés.

Maintenant, vient le moment de se justifier. Et comme d’habitude, cela n’étonne pas celui qui a les béaba de l’action politique. L’État n’a jamais accepté sa responsabilité lorsqu’il y a des morts, lorsqu’il commet des crimes, lorsqu’il commet des injustices. Mais cela n’est pas étonnant et non plus nouveau.

La nature des régimes dictaro-militariales est de commettre le crime et puis par la suite de chercher à couvrir ce crime. Tout le balai diplomatique, toutes les missions de propagande comme ce fut le cas aujourd’hui n’ont qu’un seul but : couvrir le crime commis le 20 octobre 2022″.

L’évêque de Moundou, Joachim Kouraleyo rejette toute manipulation des manifestants et affirme qu’ils revendiquaient leurs droits.

Des mots durs et directs : « Vous dites que des enfants ont été manipulés ou ont été instrumentalisés, en réalité vous-même à l’heure actuelle vous êtes en train d’être manipulés et instrumentalisés. Vous êtes devenus le voile avec lequel on couvre de manière éhontée les crimes commis le 20 octobre 2022. Et vous avez mordu à l’hameçon, vous avez acceptés d’accrocher le clairon, le corps de la propagande pour couvrir la vérité.

On est venu dire aux gens de vivre ensemble, voilà une manœuvre de diversion. Les gens ne se sont pas battus entre eux, du moins pour la ville de Moundou à ce que je saches. Les gens n’ont pas besoin d’être réconciliés par vous, ils ne se sont pas battus, ils ne se sont pas déchirés.

La vérité du 20 octobre c’est que des citoyens ont manifesté leur mécontentement face aux injustices et face à la volonté de la conservation du pouvoir, ce sont ceux là qui ont manifesté et donc si y a des gens à sensibiliser c’est vous mêmes membres du gouvernement ensuite les forces de l’ordre. Ne venez pas culpabiliser les victimes ».

L’évêque appelle les deux membres du gouvernement à démissionner :

« Si vous voulez montrer que vous avez encore un peu de dignité, démissionnez ! Démissionnez de ce gouvernement, parce que ce qui s’est passé tout monde le sait, tout le monde a vu. Manifester ne peut pas amener la mort. Maintenant, sonne l’heure de l’épreuve de la vérité, c’est le moment de montrer votre patriotisme, c’est le moment de choisir votre camp, celui du peuple ou celui du bourreau. À bon entendeur, salut (…) »

Tchadanthropus-tribune

686 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire