En effet, il y a de cela cinq ans (2013) que naissait le FRD (Front Républicain pour la Démocratie) dont M. Tahir était mon co-fondateur. Il était convenu à l’époque qu’il puisse gérer le mouvement comme représentant permanent en Europe avec résidence en France. Quant à moi, je m’occupe de la Présidence jusqu’au congrès qui décidera de la suite à tenir. Après sept (7) mois d’exercice, je me suis rendu en Libye et avais rencontré Mr. Mahamat Mahdi Ali qui était le SG. De l’ UFDD et nous nous sommes convenus par consensus de nous rassembler au sein de l’UFDD dans un souci de l’unité de opposition en attendant le prochain congrès.

Le 26/03/2016, nous avons eu une crise interne et avons jugé de ne pas faire partie de ce mouvement. Ainsi nous avons créé le FACT (Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad) à l’issue d’un congrès qui a regroupé des cadres civiles et militaires pendant plusieurs jours. À votre arrivée à Eldjoufra, j’avais proposé vous confier le poste de délégué aux relations extérieures ou conseiller aux relations extérieures. Mais il s’est avéré que le membre du bureau exécutif doit être impérativement au terrain sauf pour un cas de missions. C’est ainsi que nous vous avons demandé de rapprocher le bureau fédéral d’Europe pour pouvoir travailler avec eux. Le bureau vous a confié le poste de conseiller diplomatique. Voilà grosso modo ce qui s’est passé et je voudrais vous dire de ne pas faire amalgames entre le FRD (ancien mouvement), l’UFDD (que nous avons adhéré par soucis d’unité) et le FACT (que nous avons créé sur le cendre de l’UFDD) pour palier à un vide juridique et auquel nous tenons beaucoup. Ainsi vous avez dans vos propos, directement offensé le FACT, un mouvement que vous êtes sensé protéger ce qui est inacceptable. C’est pourquoi le bureau exécutif s’en tient à la décision du bureau fédéral d’Europe.

Ousmane Mahamat Ali

Secrétaire général du FACT.

2457 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article