Plus que tout, certains médias se sont ridiculisées, dans les tentatives de déstabilisation du DG de l’ANS, Kogri Ahmed, jusqu’à ce que la présidence de la transition mette un stop net à la comédie.

Ce qui choque, est la mise à nu de certains responsables politiques ou sécuritaires qui laissent des bribes de rumeurs aux réseaux sociaux sans y amener une preuve.

Comble de ridicule, depuis quand, un fonctionnaire de sécurité (Baba Laddé), appelle certains journalistes pour leur annoncer la fausse nouvelle, mettant en cause le directeur de cabinet civil de la présidence, Abdelkerim Idriss Deby (Kérimo). Même si cela est vrai, on n’expose pas de cette manière sa hiérarchie, car cela peut être interprété par le président de la transition comme un coup fait sur son dos par son propre frère, alors qu’il vient de démentir la rumeur par un communiqué de la présidence.

Et puis, quelle image on envoie aux observateurs ? Ceux qui regardent les méandres de la transition actuelle. En deux jours, le cabinet présidentiel fait parler négativement de lui, avec la démission de l’éminent cadre Abdoulaye Sabre, et le couac actuel sur le cas ANS.

Les Tchadiens sont écœurés et sidérés ces derniers temps par le comportement de certains de nos « confrères », qui au lieu de prendre les rumeurs avec réserve, avoir les documents avant de se lancer, se laisse manipuler, eux-mêmes cherchant le Buzz.

Les grands médias ont absolument exigé le document ou le décret à Baba Laddé (il ne l’avait pas) avant de traiter le sujet, mais certains « confrères » sont vite allés en besogne par ce qu’eux même sont dans les lobbys.

Entretemps, malgré certains démentis, la toile est envahie par des sites « d’info » créée à tour de bras.

Derrière ces blogs ou pages Facebook se cachent beaucoup de personnalités politiques, tout comme ceux qui règnent au pouvoir. Ces pages ou blogs ont pour mission de régler des comptes, mais pas pour donner l’information, sinon comment comprendre qu’en moins de 48 heures ceux-ci abreuvent nos compatriotes et l’international de Fakes news ?

Même s’il s’agit de course à la primeur de l’info, le journaliste à l’obligation de vérifier sa source, mieux en donnant l’info il faut toujours la source, les preuves. Le hic dans cette situation ce sont généralement ceux qui se disent des professionnels et disent avoir fait l’école de journaliste qui se livrent à ce jeu. Il est temps que la HAMA, même corruptible rappelle un peu à l’ordre ces détenteurs de blogs reconnus à plus de professionnalisme et de rigueur.

Il peut y avoir des erreurs, c’est corrigible, nul n’est parfait. Mais les torchons à caractère de démolition de la personne sont facilement décelables.

D’après nos sources, il n’y a jamais eu de décret Baba Laddé, si oui, il l’avait entre les mains. Il est difficile de vérifier que c’est Kérimo qui l’aurait induit dans l’erreur, même si on cite dans cette affaire un aide de camp et deux conseillers.

Dans l’analyse globale, à moins de vouloir ramener les renseignements généraux du Tchad à du pipi de chat, la dimension d’une maison comme l’ANS n’est pas comparable avec une direction de renseignement. Il faut quelqu’un de bonne facture pour diriger une institution de cette importance.

Kogri Ahmed peut être détestable, parce qu’il dirige une institution aux yeux des Tchadiens comme la chambre mortuaire. Mais ce dernier n’est pas combattu pour sa posture dans cette maudite maison. Kogri est combattu tout simplement parce qu’il s’attelle, lui et quelques autres, à aider Mahamat Idriss Deby à bien mener la transition. Il est combattu comme tant d’autres parce qu’il est la voix du président de la transition dans le processus du dialogue national inclusif. Les guéguerres entre communautés pour se positionner au pouvoir fait de lui le GORANE à abattre.

Il faut aller chercher aussi la déstabilisation envers Kogri, vers ceux qui officient le déplacement du pré dialogue au Qatar vers Abu Dhabi parce que les émiratis proposent des sommes sonnantes et trébuchantes. Ceux-ci vont jusqu’à proposer plus d’un milliard de dollars si ce processus est délocalisé aux émirats Arab-Unis. Deux protagonistes s’y affairent au Tchad et à l’étranger. Pour eux, si le Qatar tarde dans les conclusions, il faut aller là-bas. Et là aussi les lobbys intéressés voient Kogri comme un obstacle.

Mais le Tchad est vaste, et les responsabilités, quand on est croyant, c’est Dieu qui vous l’octroie. Personne ne peut aller contre la volonté divine. Tâchons de garder cela à l’esprit, et de construire un Tchad entre Tchadien sans égoïste, méchanceté gratuite, et esprit de débauche. Certaines méthodes sont à bannir.

Tchadanthropus-tribune

1370 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire