De la presse écrite jusqu’à Facebook, le jeune Izzedine Moussa Maazel alias Babalkheir subit un matraquage en règle d’une gent qui le tient en joue, et qui veut le détruire gratuitement jusqu’au bout.

Il n’est nullement opportun de défendre des personnes qui se sont fait un patrimoine avec le régime MPS. Beaucoup d’entre eux ont profité d’un système anachronique et faillible, où le népotisme et le clientélisme pendent à plein nez. Certains se sont enrichis de manière illicite et pas propre. Il faut tous les énumérer ? Certainement beaucoup se reconnaitrait sans problème.

Des certains journaux locaux jusqu’à internet, Izzedine Moussa Maazel subit l’ire d’un groupe bien défini. Si à N’Djamena, tous les efforts faits pour arroser certains rédacteurs de journaux pour faire un projecteur négatif sur la personne, et cela n’a pas suffi, il faut maintenant aller le dépeindre sur le Net pour lui créer des préjudices futurs sur les affaires.

Pourquoi le post a été fait sur Facebook ?

D’abord, pourquoi tout de suite pédophiles et homosexuals comme le prétend le titre de l’article. Le terme homosexuel pour ceux qui l’ont remarqué est écrit de manière anglicisée dans un océan de mots en français… Cela dénote de la précipitation et d’une envie de règlement de compte.

Par réflexe aujourd’hui, les affaires à l’international sont entérinées quand l’information recueillie sur l’autre ne révèle pas de tâche grave. Pour casser un homme d’affaires, il faut aller colporter de fausses informations sur lui pour que les entreprises en affaires avec lui se retire. C’est le préjudice négatif qu’on a voulu porter à Izzedine Moussa Maazel, car l’information produite sur lui et ABBO Khazali Acyl, le frère de la 1ère dame Hinda, est totalement fausse, mais lourde de conséquences pour Izzedine Moussa Maazel. Si l’information se vérifiait, qui voudrait travailler avec l’entreprise Babalkheir ?

À la lueur de l’information qui avait été publiée, Tchadanthropus-tribune qui avait eu une copie pour publication est allé aux recoupements. Plusieurs effets contraires s’y installent dès le début. D’abord l’origine du Fakes News partait de deux IP différents, donc deux noms ressortaient différemment. Plus tard, notre enquête approchait le bureau d’Interpol à Paris grâce à notre contact, afin de savoir s’il y a une plainte ou avis de recherche sur des Tchadiens depuis Kuala Lumpur. Il faut savoir que l’aspect pédophilie selon les codes de loi aujourd’hui exercé ne tolère plus de laisser le pédophile en liberté par peur de préjudice conséquente sur d’autres personnes. La police va automatiquement à la chasse de l’individu. Or, en plein recoupement, Izzedine et son soi-disant acolyte se trouvent en pleine ville à N’Djamena, et circulent librement. Tout cela nous laisse pantois, et fait ressortir l’aspect règlement de compte sur la personne et son entreprise.

À la fin de notre démarche, la rédaction constate avec l’acerbité du milieu qu’Izzedine demeure une cible pour autant de détracteurs qui veulent absolument sa peau. Et cela continuera tant que celui-ci grignotera certaines affaires avec les milieux politiques ou privés.

Pour ABBO Khazali Acyl, la cristallisation des colères est tout autre. L’index porté à son sujet découle de sa filiation directe avec la 1ère dame. Même s’il demeure effacé, moins arrogant et moins freluquet contrairement à son autre frère Khoudar, Il sera toisé toujours pour cela, et aux yeux de beaucoup de Tchadiens il sera perçu comme la chose morganatique qui est en place grâce à l’exécutif. Les gens s’en foutront qu’il soit innocent ou pas. Par opposition et concept négatif envers le régime MPS, malheureusement pour lui, les doigts seront toujours pointés sur lui. Tant pis ou tant mieux c’est lui qui le saura.

Tchadanthropus-tribune

1881 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article