Si l’objet de proposition pour assainir les rouages de la fonction publique des faux diplômés qui gangrènent l’administration est tout à fait louable, sa mise en œuvre devient catastrophique. L’IGE qui pilote la mise en œuvre procède de manière déloyale à réintégrer des personnes identifiées faussaires de diplômes après intervention des personnalités politiques, soit pour leurs enfants, proches ou amis. D’après nos sources, plusieurs ministères et départements regorgent des faux diplômés identifiés et qui continuent de travailler en percevant leurs salaires, alors que ces individus devraient être poursuivis par la justice pour faux et usage de faux. Les préjudices faits à l’État doit être calculés, et l’ensemble des biens reversés au trésor public. Un point guichet recouvrement doit voir le jour pour traquer les biens de ces faussaires. Au ministère des Finances, à la direction des impôts, à l’ADAC, à la mairie, au ministère de l’habitat, au ministère de la Santé, dans le secteur touristique, au ministère du plan, celui de l’agriculture, aux infrastructures, au ministère des Transports, des milliers de faussaires sont identifiés sans qu’ils n’arrivent à démontrer comment ils ont obtenu leurs diplômes. Certaines écoles ne reconnaissent pas leurs anciens étudiants, réfutant qu’ils aient étudié en leur enceinte, là l’authentification devient difficile. Pire pour d’autres c’est pratiquement de l’arnaque. Les diplômes en question sont des simples scans informatiques sans aucune référence. Mais avec tout ça, l’IGE prospecte, identifie et gère au cas par cas. Pour les enfants ou les proches des personnalités proches du pouvoir, même s’ils sont suspendus, ils reviennent reprendre leur boulot avec les excuses de l’IGE. Quand aux autres tchadiens, avant de percevoir son salaire, vous devriez vous faire authentifier le diplôme avant de percevoir votre salaire, un autre parcours de combattants… À suivre.

 

NB: Sur les dernières listes publiées, certaines authentifications sont arrivées à la rédaction. Elles ont été retirées pour vérifications même si certaines personnes parmi elles sont des faussaires. Le fond de la dénonciation reste le même et la nature du problème est le même.

 

Tchadanthropus-tribune

3136 Vues

  • Reprendre cette liste au clair pour l’information du grand public. C’est aussi lutter contre la corruption. Les personnes indexées seront connus de tous

    Commentaire par Michel le 2 septembre 2017 à 13 h 00 min
  • Si vous voulez informer le Peuple Tchadien, cette liste n’est pas du tout lisible.

    Une fois de plus, pour une totale transparence et une équité insoupçonnées, l’Inspection Générale doit absolument publier les résultats de ses contrôles Ministère par Ministère, Direction par Direction et Service par Service.

    Par ailleurs, toute publication clandestine et incomplète n’est qu’une injustice dans l’INJUSTICE.

    Pour un parfait travail, il faut une Commission pour contrôler l’Inspection Générale afin d’apporter les correctifs nécessaires en cas de complaisances cas de manquements graves qui portent atteintes à l’État et ou aux personnes contrôlées.

    Commentaire par TCHAD le 3 septembre 2017 à 20 h 15 min