12 000 est le nombre des faux diplômes au sein de la fonction publique et tout autre organe d’administration au sein du régime d’Idriss Déby.

L’organe de contrôle burkinabé a fait son travail bien trop tôt. L’état tchadien avait décidé de payer 600 millions de FCFA pour faire ce travail d’assainissement, alors que des Tchadiens sérieux existent pour mener le projet sérieusement.

Selon nos informations, plusieurs officiers de l’armée auraient eu de faux Bacs pour intégrer la police, la gendarmerie et les douanes. Certaines personnes d’entre elles ne peuvent contester cette situation embarrassante. Il y a des généraux de police qui ont usé de faux pour se faire nommer. Les noms sont connus.

Pendant les contrôles, une équipe s’est distinguée afin de régler les irrégularités des membres du clan. Il faut les rendre légitimes, net. Presque 900 personnes travaillant avec de faux diplômes ont pu négocier (avec qui) pour que leurs noms n’apparaissent pas parmi les noms divulgués.

Les faux diplômes ont été toilettés, les détenteurs de faux bacs ont eu l’occasion de se faire confectionner de nouveaux bacs. 50.000 ou 100 000 FCFA ont suffi à se faire une virginité. Mais les gros problèmes assez complexes sont au niveau des grands diplômés.

Toutes les investigations menant au Canada, en France, en Belgique, en Russie, au Portugal sont en grande partie fausses. Même si des arrangements ont été traités pour couvrir certaines personnes, on observe clairement que la fonction publique est la plus gangrénée de l’administration. Sur la liste de faux diplômes, vous verrez sans équivoque que la typologie d’une certaine gent n’existe pas.

Aux faux diplômes viennent se joindre les familles qui écument la fonction publique. Allez savoir que dans certaines communautés, le père, la mère et les enfants émargent dans certains départements de la fonction publique. Un nombre important de personnes prennent des salaires sans connaître et voir les couleurs d’une administration. Pire certains sont en Europe, aux États-Unis, en Angleterre, en Malaisie, en Asir et en Afrique. Des milliards de FCFA sont pillés au grand jour avec la complicité des exécutifs en place. Pour info, un jour à Amdjaress, Idriss Déby avait sommé un de ses ministres de virer une famille entière qui pointait comme fonctionnaire des eaux-forêts. La pratique est généralisée, et personne ne peut faire semblant de ne pas croire ou savoir. Il faut situer les responsabilités, déceler les complices et appliquer la loi, même si cela doit toucher de plein fouet des parents et amis, car le Tchad doit être au-dessus de nous.

Qu’est-ce qu’il faut faire ?

D’abord il faut mener une investigation de pointe pour certifier les études présentes. Il faut trier au cas par cas chaque personne dans la fonction publique. Ensuite il faut créer un ministère qui doit s’occuper de l’éthique et des fonctionnaires, puis après appréhender lesdits fonctionnaires pour qu’ils répondent de leurs actes. Ledit ministère doit aussi s’occuper des détournements des deniers publics.

Il faut calculer le nombre d’années de travail, les salaires perçus et mettre en place un recouvrement des biens de l’état. Pour ces voleurs de la république qu’il soit élevé à un rang honteusement particulier. Tout le monde saura qu’un tel est un voleur de la république. Radié à vie.

Tchadanthropus-tribune

1725 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article