(FAR/PARTI FEDERATION) Siège National sis dans un bloc rue 6415 porte 342, rue 6410 porte 144 ou rue 6408 porte 179 à Djari (N’Djaména) BP 37 ou 4197 N’Djamena

 

Communiqué de presse : Nos Députés ne voteront pas pour la levée de l’immunité parlementaire des Députés  Tchindibé Lama et Saleh Kebzabo.

 

Saleh Kebzabo nous a, plusieurs fois, poignardé dans le dos depuis notre existence. Il s’acharne sur nous et harcèle notre Coordinateur Exécutif Fédéral, le Député Fédéraliste Yorongar. Il utilise son journal, N’Djaména-Hebdo, pour tenter de nous démolir méthodiquement sans y parvenir. Il diffame, dénigre, persifle le Député Fédéraliste Ngarlejy Yorongar à travers la presse notamment à travers son journal. Mais, nous lui opposons un mépris pour ne pas lui donner une suite judiciaire ; même si notre ²²²Coordinateur Exécutif l’avait fait trembler une fois devant le Procureur de la République, Mme Ruth Yanéko Roumba.

 

En juin 1998, alors qu’il avait quitté l’hémicycle pour être ministre de la démocratie consensuelle et participative (DCP), Saleh Kebzabo avait instruit ses Députés à voter comme un seul homme pour la levée de l’immunité parlementaire de notre Coordinateur Exécutif Fédéral, le Député Fédéraliste Ngarlejy Yorongar, aux fins de le faire condamner à trois (3) ans de prison ferme et à cinq cent mille Francs (500.000) CFA d’amende pour diffamation qui n’en est pas une et cause a-t-il seulement été autorisé par les juges à faire ses preuves ? N’est-ce pas un des Députés de Kebzabo est le rapporteur dé la commission ad hoc chargée de proposer la levée de l’immunité parlementaire de notre Coordinateur Exécutif Fédéral, le Député Fédéraliste Ngarlejy Yorongar?

 

En 2001, toujours égal à lui-même et comme une personne rongée par une haine féroce, il prend la tête des candidats malheureux à l’élection présidentielle pour saper la brillante élection de notre Coordinateur Exécutif Fédéral, le Député Fédéraliste Ngarlejy Yorongar. Comme résultat, celui-ci a été arrêté à son domicile sans mandat pour être soumis à des traitements inhumains et dégradants au quatrième Arrondissement de police. N’eut été la prompte intervention du Président de la Banque Mondiale, notre Coordinateur Exécutif Fédéral ne serait plus de ce monde. Les  photos et les certificats médicaux délivrés tant par des médecins tchadiens que par des médecins français en faisaient foi. Dans la foulée, le sieur Saleh Kebzabo prend la tête d’une délégation de trois candidats malheureux pour se rendre en Europe afin d’y mener une grande campagne de diabolisation, de dénigrement et des pires injures contre la personne de notre Coordinateur Exécutif Fédéral, le Député Fédéraliste Ngarlejy Yorongar, notamment auprès du Parlement Européen à Strasbourg, de la Commission de l’Union Européenne à Bruxelles, de la direction Afrique du Ministère français des Affaires Etrangères. Peine perdue puisque cette campagne n’a pas eu un écho recherché. Un fiasco total.

En 2007, il avait opposé un refus catégorique à notre proposition de faire participer la société civile à la négociation de l’accord du 13 août 2007. Même pour la simple signature de cet accord par la société civile, il refuse catégoriquement.

 

En 2010, après avoir passé quelques nuits fraiches dans une chambre hyper climatisée à Amdjaress en compagnie d’un directeur des services secrets, il a, à son retour à N’Djaména, enterré avec de larges sourires aux lèvres, la carte biométrique obtenue de très haute lutte qu’il défendait pourtant becs et ongles la veille aux côtés de ses collègues chefs des partis politiques.

 

En 2011, tel un maraudeur, il a grugé un de nos Députés, Madtoïngué Bénelngar, en lui miroitant un poste au bureau de l’Assemblée Nationale, poste que le Président Haroun Kabadi nous a offert. Après de vaines tentatives, nos deux Députées sont et demeurent toujours dans son collimateur  etc.

 

En dépit de ces quelques morceaux choisis, nous avons retiré notre Députée qui s’est inscrite à la commission ad hoc et nous avons donné des instructions fermes à nos trois députés de ne pas voter pour la levée de l’immunité parlementaire de Saleh Kebzabo. Nous ne pratiquons pas la loi du Talion : «œil pour œil, dent pour dent». Il faut savoir pardonner.

 

Nos Députés ne voteront pas non plus pour la levée de l’immunité parlementaire du Député Tchindibé Lama qui a déjà payé sept millions (7.000.000) F CFA sur les neuf millions (9.000.000) F CFA détournés. Il ne lui reste que deux millions (2.000.000) F CFA qu’il promet payer en ce mois d’août  comme il est de règle dans notre pays pour s’extirper des griffes de la justice. Pourquoi pas lui et pas les autres ? Pourquoi deux poids, deux mesures ? Pourquoi des voleurs des milliards sont protégés alors qu’on s’acharne sur ce pauvre Député Tchindibé Lama ? Est-il une victime expiatoire ?

 

«Une chèvre ne rit pas en voyant une autre avec la corde au cou», car demain ce sera son tour pour l’abattoir dit la sagesse Ngambaye.

 

 

N’Djaména, le 3 août 2013,

P. Le FAR/PARTI FEDRATION,

Le Coordinateur Exécutif Fédéral,

Le Député Fédéraliste Ngarlejy Yorongar

     

156 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article