En posant la première Pierre pour la construction de stade de Mandjafa, le président Deby a déploré le manque des résultats de notre football. Il a également critiqué le comportement irresponsable de ceux qui sont responsables du football qui a mis deux décennies sans aucun résultat. Il a promis prendre les taureaux par les cornes pour changer les choses. Vendredi la fédération tchadienne de football à sa tête Moctar et Kadre Saleh se sont réunis à leur siège. À l’ordre du jour le message du Président et la prochaine entre le Tchad et le Libéra.

Sur le premier point, tous les membres de la fédération exceptée ont indiqué que le message du président de la République est clair. Nous avons échoué, nous devrons démissionner pour laisser à une autre équipe.

Le président de la fédération Moctar Mahamoud et vice-président Kadre Saleh ont opposé un refus catégorique à cette démission. Il n’est pas question de démissionner ont-ils rétorqué aux autres membres. Personne ne pourra nous faire partir fut il le Président de la République. Voilà qui est clair. Ces deux individus se soucient beaucoup plus de leur intérêt personnel que de celui du football tchadien. Se sachant intouchable Moctar Mahmoud se considérant comme membre du clan n’a cure des propos de Deby. Il n’a pas tort non plus, car le président Deby a habitué les Tchadiens des déclarations fracassantes sans jamais les traduire dans les faits. Tant pis pour le foot.

Tchadanthropus-tribune

862 Vues

  • Ils ont tout à fait raison de se sentir forts et de ne pas démission malgré les injonctions du chef de l’Etat . Le ministre des sports ou même le président de la République ne peut changer les membres de la fédération de football. C’est une règle de la FIFA. Et tout interférence du politique dans le football est sanctionné par la fédération internationale qui mettra au ban les nouveaux membres d’une fédération cooptée par les politiques.
    Quant à au président Déby, même si on peut dire que mieux tard que jamais, sa réaction est tardive et tout le monde, en particulier les Tchadiens, sait que cela n’aura pas des conséquences. Il crie tout le temps : jeunesse-ci, jeunesse-cela mais il regarde ailleurs. Il préfère, depuis 29 ans, gérer avec les nullards qu’avec ceux qui veulent travailler.
    Pour le sport tchadien, ce n’est pas demain la veille qu’il verra le bout du tunnel.

    Commentaire par Aboudiguine le 12 août 2019 à 15 h 10 min