Prévue le 30 novembre dernier, l’élection du nouveau président de la Fédération tchadienne de football association avait été annulée. Mais ses discussions avec le gouvernement, la Fifa et la CAF ont permis d’aboutir à un accord pour que le scrutin se déroule rapidement et que le football tchadien sorte de la crise.

Le football tchadien aura probablement un nouveau patron en juin prochain au plus tard. Cela aurait déjà dû être le cas le 30 novembre dernier. Mais l’élection avait été annulée après que l’un des candidats, Tahir Oloy Hassan, avait saisi le Tribunal de grande instance (TGI) de N’Djamena pour protester contre l’invalidation de son dossier. Le président du TGI, Mahamat Saleh Adoum Dabara, avait signé une ordonnance pour suspendre la tenue de l’Assemblée générale élective, et envoyé les forces de l’ordre à l’Hôtel Radisson Blu afin de s’assurer du respect de sa décision.

À la CAN 2024, les joueurs de la RDC posent avant le match contre la Tanzanie au stade Amadou Gon Coulibaly de Korhogo, le 24 janvier. © FADEL SENNA / AFP

Placée par la Fifa sous la tutelle d’un Comité de normalisation de décembre 2021 à novembre dernier, la Fédération tchadienne de football association (FTFA) est depuis gérée par son secrétaire général. Mais la situation devrait rapidement évoluer. Lors de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), en Côte d’Ivoire, des représentants du gouvernement et de la fédération ont rencontré à Abidjan des membres de la Fifa et de la Confédération africaine de football (CAF). Et les échanges ont été plutôt fructueux, comme le confirme Adam Netcho, directeur général adjoint au ministère des Sports et de la Jeunesse. « Il y a une nécessité de sortir de cette crise. Le gouvernement tchadien souhaite que l’élection soit ouverte à plusieurs candidats, et la Fifa a accepté cette proposition. »

Discussions entre N’Djamena, FTFA, Fifa et CAF

La Fifa a adressé au mois de février dernier un courrier au secrétariat général de la fédération, lui demandant de convoquer dans les plus bref délais une assemblée générale extraordinaire pour confirmer la reprise du processus électoral et élire les membres des commissions électorales, lesquelles seront chargées d’organiser et de superviser le scrutin. « Les choses avancent bien. Je ne peux pas donner de date pour l’élection, mais nous pouvons nous montrer optimistes et envisager que la fédération ait un nouveau président à la fin de mai ou au début de juin », poursuit Adam Netcho.

Pour l’instant, aucun candidat ne s’est évidemment déclaré. Mais il semble acquis qu’Ibrahim Foullah, l’homme d’affaires président de Foullah Édifice, ex-maire de N’Djamena et ancien vice-président de la FTFA, se présentera de nouveau, comme ce fut le cas en novembre dernier. « Comme le gouvernement souhaite qu’il y ait plusieurs candidats, on peut supposer que des présidents de club se lancent également et, parmi eux, des gens qui s’étaient déclarés l’année dernière », ajoute une source locale sous couvert d’anonymat. En novembre 2023, Adjib Koulamallah et Saleh Kadre Kana, respectivement présidents de Gazelle et Tourbillon, avaient annoncé leur candidature avant de se retirer. Il n’est pas exclu qu’ils soient de nouveau prêts à postuler.

Quid du sélectionneur des Sao ?

Le gouvernement tchadien, en attendant la tenue des élections qui permettront à la fédération de se doter d’un président, n’a pas pour autant négligé la question de l’équipe nationale des Sao ni celle de son sélectionneur. L’ancien international Kévin Nicaise, qui avait été nommé en novembre pour diriger les matchs amicaux d’octobre face au Soudan (1-1, 0-1) puis face au Mali (1-3) et à Madagascar (0-3) lors des qualifications pour la Coupe du monde 2026, a été confirmé dans ses fonctions jusqu’en juin après un accord entre l’État et la direction intérimaire de la FTFA. L’État assume le salaire du sélectionneur, d’environ 3000 euros hors primes, selon nos informations.

Nicaise dirigera ainsi les Sao les 22 et 26 mars contre Yaoundé au stade de Côte-d’Or, à Maurice, lors du tour préliminaire des éliminatoires de la CAN 2025, et contre la Centrafrique et les Comores les 2 et 9 juin, lors des 3e et 4e journées des qualifications pour le prochain mondial. Mais l’ancien international sera-t-il prolongé au-delà ? « Une fois qu’un nouveau président sera en place avec son comité exécutif, il appartiendra à la fédération de se pencher sur le cas du sélectionneur », ajoute Adam Netcho.

Jeune Afrique

398 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire