Le recensement physique des agents civils de l’État aurait démarré le lundi 12 mars 2018 sur l’ensemble du territoire national affirme le gouvernement tchadien. L’objectif de cette démarche est de maitriser le nombre exact des fonctionnaires qui impactent volontairement à la fonction publique avec le truchement des gouvernants et ceux qui sont au pouvoir. Mais sincèrement de qui se moque-t-on ? Combien de fois ce même gouvernement avait procédé au recensement des agents de l’état et la fonction publique se retrouve toujours dans les mêmes conditions ? Volontairement le pouvoir MPS embauche leurs parents pour faire du sur nombre. Parmi eux, plusieurs sympathisants du parti au pouvoir touchent plusieurs salaires à la police, gendarmerie, armée, et dans les services de la fonction publique. Tous les contrôles sur la fonction publique n’ont abouti à un résultat probant. Une contradiction de tailles entre le 1er ministre Pahimi Padacké qui avance un chiffre de 92 000 agents alors que son ministron des Finances Djiddo Sabre dit qu’il y a 150 000 agents. Les tenants du pouvoir font de manière que le Tchad leur appartient, et les autres Tchadiens doivent sévir. Mais l’histoire retiendra toujours les actes posés. Un jour, comme le pouvoir MPS, ces gens doivent rendre des comptes. Dans un état de droit des telles méthodes ne doivent pas exister.

Nos correspondants affirment aussi qu’à côté de cette opération de contrôle, plusieurs actions seraient en cours d’exécution, notamment l’audit de diplômes dont Idriss Déby ne veut pas en parler, et l’assainissement de la Solde entre autres. À N’Djamena ce sont 10 équipes qui vont sillonner les différents départements ministériels pour recenser les agents de l’État. Entretemps, 22 équipes sont envoyées dans les différentes régions pour faire le même travail. Il faut penser que parmi eux certains n’acceptent pas d’être corrompus ou intimider par les proches du pouvoir assez souvent habitué à la délation et le vivre facile. Mais, personne ne croit à ce contrôle qui n’apportera rien au Tchad. Les Tchadiens veulent le changement et l’alternance, seul mobile pour aller de l’avant.

Tchadanthropus-tribune

2037 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article