L’ordonnance qui promulgue l’utilisation des fonds spéciaux est régie par la constitution de la République du Tchad. Et son utilisation est à l’appréciation de ceux ou celles en qui ces fonds sont alloués. Mais il se trouve que malgré le caractère spécial que régit cette ordonnance, les Tchadiens devraient se poser la question sur leur utilisation quitte à revoir le contour et la parcelle des sommes allouées. Sinon, les fonds de la république, donc ceux du contribuable tchadien pourraient servir des intérêts propres et privés aux individus en question. Malgré la crise financière qui secoue le Tchad, le 1er ministre perçoit 70 millions de FCFA par mois. Cette perception est couverte par la loi, tout comme celle du président de la République qui pourrait être cent fois plus que les 70 millions de FCFA. Mais où va cet argent qui est directement pris du trésor public ? Selon les informations dans les régies des finances, le 1er ministre Pahimi Padacké instruit le TPG pour les virements des sommes en question, et les observateurs de la vie politique interne voient le 1er ministre tchadien s’octroyer des villas et des biens immobiliers sans discernement. Pahimi Padacké aurait demandé, selon nos sources, de faire déménager les comptes qui sont logés à la SGTB vers la BCC qui lui permettrait un découvert bancaire puisque la SGTB lui a refusé de découvert. Tout cela n’occulte pas la confiance du peuple tchadien. Normalement, dans le projet qui amène l’étude de la nouvelle constitution, cet aspect devrait recueillir l’attention des spécialistes en question. Mais dans notre pays, la délation et le clientélisme prennent le pas dans le mauvais sens. Et tant qu’on broute de l’herbe, la sècheresse de notre voisin nous importe peu… À suivre.

1355 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article