Tôt ce matin, des dispositifs policiers importants formant un dispositif sécuritaire dissuasif devant les sièges et domiciles des leaders de l’opposition et ceux de la société civile à N’Djamena.

La sécurité d’État piste chacun et chacune des personnes ayant coché son nom pour participer au forum alternatif qui devrait être organisé ce 27 novembre 2020 jusqu’au dimanche 29 novembre 2020.

Voilà l’expression de tout un peuple qui s’en trouve bâillonnée par une dictature féroce adoubée par la France et l’occident.

La simple liberté d’expression n’est pas permise à ceux qui ont été exclus d’un forum du pouvoir taillé sur mesure à sa dévotion.

Aujourd’hui la capitale tchadienne a un air de siège militaire, pas parce qu’il y a des terroristes ou une insurrection, mais simplement parce que le peuple tchadien solidaire d’un autre forum voudrait exprimer ses préoccupations face au délabrement continuel de son quotidien.

Que chaque tchadien se dit que le moment est venu de revendiquer son droit à la libre expression, son droit à exister. Qu’on ne continue plus de subir, il faut exister.

Vive la libre expression

Vive la démocratie

Le peuple tchadien finira toujours par entendre sa voix.

Tchadanthropus-tribune

765 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article