L’image est parlante notre sultan président à vie, chef suprême des armées, et président fondateur du MPS et ancien président de l’UA, se plie en 4 pour recevoir l’ultimatum du jeune président français, démocratiquement élu. Qui a dit que blanc est petit. En voyant Déby lancer des cendriers à ses bouffons, tu sauras qu’on n’est jamais indispensable dans la vie. Donc, chacun à son Andjami ou son BACHIR. Déby vient d’avaler sa petite dignité devant ses collègues-chefs d’État, en se déplaçant vers le président de la France. Cette même France, qu’il accusait il y a quelques jours d’avoir imposé de changer la constitution du Tchad. Le Andjami de macaron à ses raisons peut être, de se déplacer pour aller s’incliner devant son patron. Que diront ses collègues assis devant Macron ? La réponse est : (nous nous sommes élus démocratiquement et on ne se reproche rien !) Ce n’est pas le cas du sultan d’Amdjarass.

Rien ne vaut d’être en parfaite harmonie avec son peuple. Car, la vie des différents chefs d’État, démocrates comme dictateurs est une grande leçon pour des petits sultans comme le nôtre ce comportement de Bamako prouve à suffisance, qu’il n’est jamais eu une vie heureuse.

Pauvre de nous…

Doki Warou Mahamat

1644 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article