Le 4 octobre 2017, trois (3) responsables du conseil de commandement militaire pour le salut de la république (C.C.M.S.R) ont été arrêtés au Niger. Il s’agit de : Mahamat HASSANE BOULMAYE, Ahmat ADAM YACOUB et Abderaman ISSA YOUSSOUF pour des raisons que nous ignorons à l’heure actuelle.

 

La société civile et la diaspora tchadienne ont fait preuve d’un élan de solidarité exceptionnel à leur égard en organisant trois manifestations devant les ambassades nigériennes (une au Canada et deux en France) et une conférence de presse. Lors de cette dernière nous avons constaté avec amertume qu’il n’existait pas de structure neutre dans laquelle les efforts individuels et collectifs peuvent se conjuguer afin d’entamer les démarches avec unité et cohérence pour la libération de ces trois personnes arrêtées et détenues dans les circonstances occultes. Alors nous avons pris la décision de mettre en place après de longues consultations ce dispositif dénommé: comité de soutien aux opposants tchadiens arrêtés au Niger (COSOTAN).

 

Nous attirons l’attention de chacun d’entre vous que ce comité est un espace indépendant sur le plan politique et aconfessionnel dans lequel toutes les contributions sont acceptées quelles que soient leurs natures (intellectuelle, matérielle, financière), dans le but d’apporter le soutien et prêter l’assistance à ces personnes dont leur vie est en péril.

 

Nous prenons l’engagement devant vous de garantir la neutralité absolue de celui-ci au delà des appartenances politiques, philosophiques ou religieuses de ses membres ou des personnes bénéficiant son concours. Cependant, les membres de cette structure partagent une ambition commune : celle de la défense des droits de l’homme, du respect de la règle de droit et de l’Etat de droit. Nous avons souhaité rassembler et approfondir les réflexions émises lors de la conférence de presse du 11 novembre 2017 en créant le COSOTAN avec les objectifs suivants : – être l’unique interlocuteur des instances administratives, judiciaires, organisations associatives ainsi que de la presse afin de faciliter l’échange des informations dans le règlement de cette affaire ; – promouvoir les échanges entre ses membres et la coordination de leurs actions pour optimiser l’unicité efficace de fonctionnement ; – développer la cohérence entre les différentes démarches du plan d’action élaboré entre le comité et son ou ses avocats ; Nous reviendrons, dans les prochains jours, pour vous annoncer la composition du bureau, les représentants de zones géographiques et les modalités de fonctionnement dudit comité.

 

Par ailleurs, nous demandons à l’ensemble des organisations de défense des droits de l’Homme, des organisations politiques, des corps diplomatiques, leurs aides si précieuses dans notre démarche qui défend la dignité et la vie humaine de ces trois personnes dans le strict respect du droit. COSOTAN

 

Fait à Paris, le 17 novembre 2017

1524 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article