Loin du Tchad, l’ancien chef de l’opposition politico-militaire mène une vie simple loin des fastes qu’on lui attribue, mais les officines de la françafrique veulent toujours le pousser à bout. Depuis son départ forcé du Soudan avec la plupart des leaders de l’opposition politico-militaire, le chef de l’UFDD ne constitue pas de manière officielle une menace contre le pouvoir d’Idriss Déby, même si les principes de lutte existent toujours. En France où il réside, les autorités françaises loin de lui reconnaître le droit d’asile, un fondement de droits de l’homme, continuent de l’enquiquiner sur des aspects plus que théoriques. Les termes utilisés par le tribunal de Bobigny sur son sort sont hors contexte. De ce qui précède, Mahamat Nouri n’a pas de bien France qui puisse permettre d’être gelés. Aucun compte en banque en son nom qui puisse permettre d’être saisi, mais il faut démolir l’image de l’homme à travers des communiqués de presse afin qu’aucun tchadien ne puisse venir vers lui. Sinon, comment comprendre que toutes les personnes issues de l’opposition politico-militaire accède aux effets positifs de l’OFPRA, y compris ceux que Mahamat Nouri lui-même reconnaît comme partisans, mais lesdites autorités de l’OFPRA guidé par le Quai d’Orsay refusent de lui admettre le statut de réfugié politique ? N’y a-t-il pas deux poids et deux mesures dans cette histoire ?

 

Pire, on voudrait absolument coller à la peau de son mouvement, l’anathème proche des “éléments terroristes “. Toute personne ou mouvement qui combat le régime de Déby n’est pas terroriste. L’UFDD a des principes de démocratie et ses textes respectent pleinement la laïcité de notre pays le Tchad. Pourquoi les officines de la France continuent de démolir tout tchadien qui combat le régime MPS, un des régimes le plus honni au Tchad ? Plus que les chiens, on accuse l’UFDD de rage, pourtant on est trop loin de la vérité. Le tribunal de Bobigny et les autorités politiques qui le guide se trompe de cible, car en combattant tous les fils du Tchad qui s’opposent contre l’arbitraire ne font que ternir leurs propres images. Les Tchadiens savent la vérité et se désolidarisent de toute décision contraire à la vérité.

Tchadanthropus-tribune

2974 Vues

  • Le président Deby et Monsieur MAHAMAT NOURI, pour avoir combattu côte à côte et partagé bien de secrets, se haïssent mutuellement. Chacun d’eux voudrait enterrer l’autre selon sa capacité de nuisance. J’ai bien peur que cette animosité, déjà transposée au sein de leurs communautés respective, risque de les exacerber davantage. A mon avis, il faut arrêter de diviser les tchadiens par procuration. Car, ce qui nous uni est plus fort que ce qui nous divise.

    Commentaire par ADAM MAMADOU DJIBERT le 7 juin 2018 à 9 h 51 min