Comme précédemment annoncé il y a de cela 72 heures sur le site, Idriss Déby est parti jeudi dans la journée vers sa bourgade attitrée Amdjaress. C’est dans cette localité où assez souvent il vide son stress que certaines décisions se murissent. Des décisions assez souvent qui sont en défaveur de l’ensemble du peuple tchadien. Comme à son habitude, sa caravane ne comporte jamais des cadres studieux au devenir de notre pays. Derrière lui des semi-analphabètes genre “ les fous du roi “ qui ne sont là que pour amuser la galerie. C’est pourquoi les décisions sont souvent à l’emporte-pièce, très souvent bancales sans aucune vision. Le repaire d’Amdjaress, loin de la tanière de loup chère à Hitler nourrit très souvent des décisions amères, comme cette histoire d’interdire les pick-up 4×4 aux citoyens de la contrée. Voyons voir d’ici là, jusqu’au retour à N’Djamena, la comptabilité des mauvaises décisions.

 

Amdjaress, la bourgade des 3 ânes accueillera aussi Jean Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères de la France en tournée dans la région. Le Drian encore lui ? Oui, le même et fidèle ami des autocrates africains. Leurs compagnies ne l’offusquent plus, pourvu qu’ils sachent rétribuer le cher visiteur. L’argent du peuple sert souvent à acheter les nervis de la françafrique, sur le cadavre de la pauvreté qu’endosse le peuple. On prend ici et on donne là-bas. On s’en fout éperdument de ce que nous sommes.

 

Jean-Yves Le Drian qui fait partie du lobby militaire et diplomatique français qui soutient activement Idriss Déby et qui le considère comme un agent de la stabilité dans la sous-région défend la thèse selon laquelle que Déby entraînerait la “somalisation” du Tchad et le chaos dans la sous-région s’il quittait le pouvoir.

 

Arrivée à N’Djamena, l’autorité française y passera une nuit avant d’être convoyée par avion dans cette localité où l’eau est une denrée rare. Une localité construite à fort budget inégalement réparti entre les régions du Tchad. Presque un mirage au contournement de la cité, mais personnel n’a daigné comprendre qu’une vie ne peut se perpétuer sans eau. L’eau chaque jour de tonne de palettes d’eaux est chargée depuis N’Djamena pour le “ Gbadolite “ tchadien. Deux à trois rotations par jour pour entretenir toute âme qui y vit. Tout cela avec l’argent des Tchadiens.

 

Discussion en aparté sur les problèmes sécuritaires de la région diton, eh oui c’est toujours ainsi qu’on vient adouber les dictatures les plus sauvages et après se soustraire aux germes posés. Dans ces pays où terrorismes riment souvent avec précarité, injustice, diktat, il est difficile de rehausser l’injuste et piétiner les aspirations des peuples.

Tchadanthropus-tribune

2473 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article