Les commentaires continuent au Tchad et partout en Afrique autour de l’interview d’Idriss Deby aux journalistes de RFI, TV5, et le journal « Le Monde-Afrique » suscitant  rires, moqueries, dépit, dégoût et honte. Ce qui frappe avant tout dans cette prestation, ce sont les états d’âme d’Idriss Deby qui a mené cette interview dans un état de confusion mentale extrême. Manifestement, l’exposition au grand jour, dans de nombreux rapports, de la réalité économique et sociale du pays qu’il gère depuis 27 ans, dans la répression, l’anarchie, l’improvisation et les détournements massifs de l’argent public l’ont touché et coulé à pic …

En un mois, de nombreuses révélations sur les millions de dollars investis dans l’immobilier  par l’entourage de son épouse puis des informations concrètes sur les liens entre Glencore, société pétrolière suisse et les dirigeants de la SHT (Société des Hydrocarbures du Tchad) ont mis à nu un système  de spoliation organisé permettant au  géant suisse de  s’accaparer d’une grande part du pétrole tchadien. Ensuite, comme un malheur n’arrive jamais seul, l’armée tchadienne, le contingent tchadien et des éléments de la garde présidentielle de Deby envoyés en RCA sont mis en accusation devant la Cour Pénale Spéciale de la RCA pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Une accusation qui, conséquemment, met en cause sa propre responsabilité en vertu du chef d’accusation de « responsable hiérarchique ».

Voici le cocktail qui a provoqué un véritable court-circuit dans la cervelle du tyran de Ndjamena. Après les sorties maladroites de son ministre de la justice, nouvelle recrue de la dictature qui a annoncé que le gouvernement tchadien allait mener des enquêtes au sujet des révélations contenues dans les différentes publications, Idriss Deby a estimé cette réponse ministérielle insuffisante. Il s’est senti en grave danger et a vu la main de la France derrière la publication de ces rapports accablants pour son régime. Sérieusement ébranlé par l’écho extraordinaire provoqué par les révélations contenues dans ces documents, il a estimé devoir y répondre dans une prestation qui, au contraire de l’effet recherché, l’a définitivement mis à nu devant l’opinion internationale. Revenons sur les points importants de cette interview pleine de mensonges, d’explications confuses présentées dans un langage à peine compréhensible, dans un français horrible  plein de fautes comme à l’accoutumée. L’objectif est clair et annoncé: Idriss Deby veut solder ses comptes avec la France.

La charge contre la France :

Il ressort de cette interview que le nouveau Président français Emmanuel Macron n’a eu aucun contact téléphonique avec Deby. Bien au contraire, le nouveau locataire de l’Elysée prend ses distances avec le dictateur au pouvoir depuis plus d’un quart de siècle. Ces derniers jours, le Ministre des Affaires Européennes et des Affaires Étrangères, M. Jean Louis le Dryan, ancien Ministre de la défense que Deby considérait comme un pote, eh bien, M. Le Dryan a fait une tournée du 13 au 16 juin 2017 pour parler G5 Sahel, Sécurité et Terrorisme. Il s’est rendu en Algérie, Mauritanie, Mali, Guinée et Sénégal. Manifestement, le Tchad d’Idriss Deby a été zappé de la tournée. Des sources avancent la tentative d’Idriss Deby, à deux reprises, de joindre au téléphone le Ministre Le Dryan, sans succès !! A  chaque semaine, sa mauvaise nouvelle, Idriss Deby en a perdu  le sommeil, et les coups de folie et de rage sont quotidiens au Palais Rose où les temps sont cailloux comme disent les Ivoiriens.

Sur sa longévité au pouvoir : 27 années! La France aurait modifié la Constitution contre son gré ? Le gros mensonge!

Idriss Deby nous a servi un gros mensonge comme il en a l’habitude. Selon lui, la France aurait envoyé en 2006, un juriste, professeur en Droit, pour l’obliger à modifier la Constitution afin d’instaurer une présidence à vie. Tout d’abord, relevons que c’est en 2005, que le gouvernement tchadien présente un projet de Référendum pour supprimer la disposition limitant le nombre de mandats présidentiels et instaurant, de fait, une présidence à vie. Le 2 juillet 2005, le Référendum sera adopté. Comme chacun peut le constater, c’est bel et bien le gouvernement tchadien qui prend l’initiative de cette réforme, la présente, la défend et la fait adopter.

L’attaque de Ndjamena par les forces du FUC de Mahamat Nour se produira le 14 Avril 2006. Que la France n’ait pas protesté, ni empêché l’instauration de cette présidence à vie est une chose totalement différente, que de prétendre à la face du monde que la France a envoyé un juriste le faire en utilisant  » ses arcanes  » contre son avis. C’est un délire total, un mensonge grossier qui illustre bien le type d’individu qu’il est.

Au sujet des accusations de crimes contre l’humanité contre son armée par la Cour Pénale Spéciale pour la RCA: Deby répond : L’Armée Française en RCA s’est rendue coupable de viols, pédophilie et d’homosexualité !

Idriss Deby fait part de sa philosophie : « Si tu dois mourir, alors, fait en sorte que plein de gens meurent avec toi. » Et, il accuse l’Armée Française d’avoir armé les milices anti-balaka en leur fournissant des grenades et des kalachnikov et  d’avoir commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité à l’encontre des musulmans en RCA. Allant plus loin, Idriss Deby pointe le doigt sur les viols et actes de pédophilie et des pratiques homosexuelles des militaires français en RCA.

Sur la lutte contre le Terrorisme: Des menaces ridicules et des mensonges à nouveau.

Idriss Deby a exprimé son mécontentement par rapport à l’Occident sur l’absence de soutien financier dans la lutte contre le terrorisme. Il a, comme d’habitude, menti sur l’enveloppe financière dégagée par le Tchad pour envoyer ses troupes au Mali. Le Premier Ministre tchadien avait annoncé 90 milliards de francs CFA, ce montant était déjà gonflé à dessein pour permettre des détournements, une fois, l’argent sorti du Trésor Public. Lui, a annoncé 300 milliards, ce qui est totalement faux. Idriss Deby a oublié de dire que la France a aidé, en transport des troupes, en soins médicaux, en rations alimentaires, en munitions, en équipements etc… Également, il a oublié que les Nations Unies ont versé des salaires et des primes aux militaires tchadiens, lesquels ont été détournés en grande partie par son staff. A qui la faute? Le chantage au retrait de l’armée tchadienne des différents théâtres d’opérations sera un coup d’épée dans l’eau car, aujourd’hui, le bilan est mitigé  et le schéma développé n’a pas donné les résultats escomptés. Les incursions djihâdistes sont de plus en plus nombreuses et audacieuses. C’est la raison pour laquelle un nouveau schéma est tenté par la mise en place d’une force militaire de 10.000 hommes. Et, une chose est sûre: c’est que le régime d’Idriss Deby ne pourra plus tenir le même rang, ni faire chanter la France et ses partenaires. Il est important de comprendre qu’Idriss Deby n’est pas indispensable au Tchad et l’armée tchadienne est à même de continuer à participer à la lutte contre le  terrorisme même sans lui.

Sur les biens mal acquis de son entourage au Canada. Il oublie d’y répondre !

Sur l’état catastrophique de l’économie tchadienne et la banqueroute financière. « Nous avons mal géré, fait des erreurs, commis des bêtises dans notre schéma de développement ». En toute logique, c’est le moment de rendre le tablier et de ne pas aggraver l’état de ruine du pays.

Sur le non paiement de plus 6 mois de salaires aux fonctionnaires ?

La réponse d’Idriss Deby est effarante!  Alors à nouveau, il s’adonne à son sport favori : le mensonge. En effet, il affirme en faisant un bond en arrière de 27 années, et prétend que le régime du Président Habré devait, lui aussi, 6 mois de salaires aux fonctionnaires. Notre confrère, le très dynamique  » Tchadanthropus » s’est chargé de lui rafraîchir ses neurones sur ce point. Non seulement, il n’y avait aucun arriéré de salaire dû aux fonctionnaires mais il n’était plus question de demi salaire en cette année 1990. Rajoutons que le Tchad, sous le régime Habré, n’avait pas les revenus pétroliers. La machine économique fonctionnait avec les entreprises nationales que sont la Cotontchad avec ses composantes Huilerie Savonnerie, la Société sucrière, les droits de douane, les impôts etc…

Depuis 2003, le régime Deby a encaissé, selon la Banque Mondiale, 13 milliards de dollars US au titre de revenus pétroliers. La Cotontchad est ruinée, l’unité Huilerie-Savonnerie a été vendue au franc symbolique à un Zaghawa soudanais. La Société sucrière est elle aussi, en faillite, à cause de la fraude organisée à partir du Soudan par des militaires parents d’Idriss Deby qui contrôlent l’acheminement hors-douane, hors-taxes du sucre produit au Soudan et vendu au Tchad à des  bas prix. Aujourd’hui – après avoir mis à genoux le pays, volé une grande partie des revenus pétroliers, les hommes du pouvoir Deby les ont blanchis au Canada, aux USA, à Dubaï, en Égypte, en Afrique du Sud – le gouvernement a été obligé d’imposer  toute une panoplie de mesures draconiennes et d’instaurer un demi-salaire aux fonctionnaires!  Et son régime n’arrive même pas à payer ce demi-salaire! Totalement incapable de formuler une argumentation cohérente et compréhensible, Idriss Deby est dans une confusion mentale totale. Parlant de la société Glencore, il évoque de « marchés de dupes », « de délit d’initiés ». A qui la faute ?

A l’évidence, il s’est mélangé les pinceaux car dans l’affaire en question, la société Glencore s’est proposée de jouer le rôle de banquier, pour prêter de l’argent au Tchad qui souhaitait acheter les actions de la société Chevron mais qui ne disposait pas des fonds nécessaires (voir notre article « Tout ce que vous devez savoir sur les révélations … »). Ainsi donc, si délit d’initié il y a, il ne peut qu’être le fait des responsables de Chevron qui ont agi sur un des responsables tchadiens pour que le Tchad achète des parts sans valeur!  La société Chevron et pas Glencore comme l’a affirmé Idriss Deby.

Enfin, que dire de la dernière tirade d’un homme totalement névrosé et dans un état psychique sujet à de nombreuses interrogations dans son entourage. D’ailleurs,  plusieurs personnes avaient, il y a quelque temps, déclaré : qu’Idriss Deby leur avait  demandé, à  plusieurs reprises, de lui faire venir des personnes qui étaient décédées depuis belle lurette.  « Je n’ai jamais été heureux, je suis un homme seul. La nuit, je ne dors pas, parfois je me réveille et je vois les morts. » Idriss Deby serait-il hanté par ses incalculables crimes et cruautés? Pour cela, il faudrait d’abord qu’il ait une conscience. Cette tirade est tout simplement une initiative maladroite et confuse pour se lamenter sur son sort, espérant donner une image d’une personne, victime de son entourage, qui serait restée au pouvoir malgré lui et qui n’a même pas eu droit à une jeunesse normale comme les autres. Cette sortie est une comédie un très mauvais goût déroulée par un piètre acteur qui ne pourra tromper personne, car il commence à étouffer sous le poids des souffrances des populations et de ses innombrables échecs.

Pour s’en convaincre, il faut se rappeler sa vision des choses, énoncée pendant l’interview : « Si vous devez mourir, il faut faire en sorte que beaucoup de personnes meurent avec vous ! ». Seuls les terroristes, les psychopathes et les sociopathes ont une telle philosophie. Vivement la fin!

La Rédaction de ZoomTchad.

1439 Vues

  • Source d’inspiration Marine Lepen .

    Commentaire par Ben kinana le 30 juin 2017 à 15 h 44 min