Dans un échange avec le représentant de l’UFR en Europe, Tchadanthropus-tribune a posé les questions ordinaires à l’actualité en cours au Tchad. Tous les Tchadiens ont su qu’il y a quelques jours, l’armée française a bombardé les éléments de l’UFR pour casser la menace qui sévit sur le régime d’Idriss Déby.

Pendant cet échange, le représentant de l’UFR charge d’abord la France, qui dit-il, a des liens séculaires avec le Tchad, et qui devrait initier à asseoir la paix au lieu de soutenir une dictature qui gouverne mal, et qui ne respecte pas les droits de l’homme.

La France devrait permettre au tchadien de dialoguer, d’aller vers une table ronde inclusive, mais non de venir bombarder des Tchadiens dans leur propre territoire.

Il évoque aussi que l’UFR est une organisation dorénavant ouverte à d’autres organisations pour transcender l’unité de la lutte avec un programme politique claire… Écoutez & analysez.

Tchadanthropus-tribune

2071 Vues

  • Si y a existence,l’existence des groupes rebelles comme UFR,CCMR ou autre en Libye n’est pas un crime ou délit. Faute d’un pays d’accueil,sachant la Libye un bourbier où chaque groupe libyen jouant le chef là où il opère,les rebelles Tchadiens n’ont d’autres choix que se regrouper et se préparer en Libye ou tout autre coin propice à leur survie en attendant le moment nécessaire à défier le régime Tchadien. C’est une question de sratégie de survie en cas de nécessité d’un répli tactique si l’étau se resserre dans le territoire Tchadien. Donc, ceux qui ne veulent pas d’une rebellion ou l’existence de ceux déjà existentes cherchent à contenir à l’interieur du pays afin de les étouffer définitivement.

    Commentaire par Hassane Touka le 20 février 2019 à 14 h 29 min
  • Lire : Le Peuple Tchadien et les Peuples Africains sont des êtres humains et libres

    Commentaire par Le Peuple Tchadien le 21 février 2019 à 22 h 22 min
  • C’est plein de contradiction. Primo. Les UFR ont commencé par dire que leur but était Ndjamena. Après la débâcle, ils disent qu’ils veulent négocier. Secondo. L’UFR, ce n’est plus une coalition. C’est un groupe parmi d’autres. Tertio. Toute le monde sait que les forces rebelles sont alimentées par les milices islamistes de Masrata.
    C’est la jeunesse Tchadienne qui continue à payer. C’est bien triste.

    Commentaire par Ahmat Barka le 22 février 2019 à 10 h 09 min