Ce jeudi 20 mai 2021, des ressortissants tchadiens de la région du Salamat région sud-est du Tchad ont déposé des plaintes de crimes, assassinats et déportations sur des personnes civiles.

En effet, tout le mois d’avril 2021, la région du Salamat a été émaillée d’insécurité entre citoyens.

Le ministre de l’Aménagement du territoire Mahamat Ismaël Chaïbo a instruit le gouverneur de la région, le préfet, le sous-préfet et le secrétaire général de la région pour que discriminer, battre, et assassiné les citoyens de la communauté Rachid, Missirié et Hémat.

À leur tour, selon les informations glanées, les responsables militaires, Daoud Sandal Mahamat Itno, et Abdelmounim Taher ont été instruits par le gouverneur de la région pour mater dans le sang les ressortissants des communautés ci-haut citées, sous prétexte qu’elles détiennent des armes.

C’est ainsi que des populations civiles ont été nuitamment réveillées, femmes, vieillards et enfants ont parcouru des dizaines de kilomètres de leurs domiciles et leurs maisons brulées.

Des hommes ont été assassinés, tués comme des bétails, certains d’entre eux écraser avec le parechoc des véhicules du commandant de la région militaire Daoud Sandal Mahamat Itno.

Abdelmounim Taher, venu expressément de la capitale N’Djamena, a contribué à battre dans le sang des citoyens sans défense, et tuer des personnes argüant que personne ne lui demanderait des comptes. 

Mahamat Ismaïl Chaïbo, tout puissant ministre de l’Administration du territoire a instruit le gouverneur, une administration qui est sous son autorité afin de déporter les deux chefs de cantons Hémat sur la ville de Mongo sans aucun motif valable.

Ces deux chefs de canton ont été présentés au procureur de la ville de Mongo tels des vulgaires criminels. Le dossier étant vide, le procureur avait refusé de les envoyer en prison. Toutes ces manigances ont été diligentées par Mahamat Ismaïl Chaïbo au moment où le ministre de la Sécurité a été dépêché sur place à Amtiman pour faire une médiation et calmer les ardeurs. D’ailleurs, même le ministre de la Sécurité s’est étonné à son arrivée sur place, et n’ayant pas trouvé lesdits chefs de cantons.

La plainte déposée au tribunal de 1ère instance de Paris a été jugée recevable grâce aux témoignages audios, des images de personnes assassinées, battues, et des maisons incendiées. Les démarches ont été simplifiées d’une part parce que Mahamat Ismaïl Chaïbo a un domicile en France dans les quartiers de, la Défense non loin de Paris. Il requiert la responsabilité pénale à cause de son rôle hiérarchique.

Les autres détails de cette information judiciaire resteront à la discrétion des parties prenantes dans cette affaire. L’opinion sera informée de l’évolution de la situation au fur et à mesure.

Tchadanthropus-tribune

1541 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire