La procédure engagée à l’encontre de Mahamat Nouri, renforce la France dans sa position d’alliée d’Idriss Déby.

Avec quelques coups de canons supplémentaires, Mahamat Nouri aurait pu devenir président du Tchad. Le chef rebelle, dont l’offensive termina aux portes du palais présidentiel en 2008, risque aujourd’hui définir sa vie derrière les barreaux d’une prison française. Interpellé lundi 17 juin au petit matin en banlieue parisienne, il a été mis en examen pour crimes contre l’humanité, vendredi soir, après 96 heures de garde à vue.

La justice française, qui a ordonné son maintien en détention provisoire, le soupçonne d’avoir « diligenté des opérations de recrutements forcés de combattants, dont des mineurs » au Tchad et au Soudan sur une période allant de 2005 à 2010.

Palais présidentiel dans la capitale tchadienne Ndjamena, sur lequel a marché Mahamat Nouri en 2008. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO (Photo by ISSOUF SANOGO / AFP)
Palais présidentiel dans la capitale tchadienne Ndjamena, sur lequel a marché Mahamat Nouri en 2008. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO (Photo by ISSOUF SANOGO / AFP) ISSOUF SANOGO / AFP

Nul doute que depuis sa cellule, Mahamat Nouri se demande aujourd’hui ce qui l’a poussé à venir s’exiler en France, ce solide allié du pouvoir à Ndjamena, qui oublie qu’au Tchad, 15 ans est déjà un bel âge pour entrer dans un groupe armé. A ses yeux, cette arrestation ressemble autant à un coup du sort qu’à un acharnement de Paris pour satisfaire Idriss Déby. De source judiciaire, ce n’est pas sa demande d’asile, rejetée par l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (OFPRA), mais celle d’Abakar Tollimi, l’un de ses compagnons de l’Union des forces pour la démocratie et le développement, qui est à l’origine d’un signalement de l’OFPRA au Parquet de Paris. Ce dernier est désormais doté d’une compétence universelle pour poursuivre les suspects des crimes les plus graves s’ils se trouvent sur le territoire français. L’enquête a été ouverte en mai 2017, confiée à l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes de guerre. Présenté au même moment que M.Nouri devant un juge, M. Tollimi a depuis été placé sous le statut de témoin assisté alors que le petit frère d’un autre ex-chef rebelle tchadien a été libéré mercredi faute de preuves.

Enrôlements d’enfants soldats

Devant la magistrate qui l’interrogeait sur le contenu d’un rapport des Nations Unies faisant état d’enrôlements d’enfants soldats par les groupes rebelles et par l’armée tchadienne, Mahamat Nouri n’a pas démenti que « des crimes ont été commis au Tchad comme au Soudan » mais prétendu qu’« aucun indice concordant le confond »ou que son mouvement n’est pas l’auteur d’un document sur les mineurs démobilisés de ses rangs. Le chef rebelle de 72 ans s’est aussi essayé à quelques explications anthropomorphiques, expliquant que les enfants présentés en photos sur un rapport ont« les traits des gens du sud » alors que son mouvement était constitué de gens du nord, supposés avoir « le nez plus fin ». Son avocate Elise Le Gall se dit « choquée par un dossier aussi vide de preuves. Il n’y a pas de victime, pas de parties civiles. Comme avec Laurent Gbgabo devant la Cour pénale internationale, on utilise des rapports d’ONG ou de l’ONU mais il y a une claire confusion de compréhension dans l’organisation des groupes rebelles. » Elle entend demander la nullité de la mise en examen et la mise sous contrôle judiciaire de son client.

Les grandes ambitions de Mahamat Nouri se sont fracassées le 3 février 2008 aux portes du Palais rose de Ndjamena sur trois remparts que « le général » n’avait pas su anticiper : la résistance acharnée d’Idriss Déby et de ses combattants, l’appui stratégique de Paris à son allié régional face à une équipée armée par le Soudan et les querelles d’ego des deux chefs de la rébellion, Timane Erdimi et lui-même, chacun revendiquant la tête d’un Etat qu’ils n’avaient pas encore conquis. Depuis l’échec de ce raid, la vie de Mahamat Nouri, condamné à mort dans son pays, semblait se destiner à être une longue suite d’exils de moins en moins dorés.

Indésirable à Khartoum, expulsé vers le Qatar

Après qu’Idriss Déby et Omar al-Bachir eurent décidé de cesser de se faire la guerre par rébellions interposées, jeux dangereux qui faillit tous deux les emporter, Mahamat Nouri devint indésirable à Khartoum. Expulsé vers le Qatar en 2010, il put un an durant maugréer sur la versatilité de ses parrains, refaire le match de leur défaite avec Timane Erdimi – qui s’y trouve toujours- et continue de diriger des troupes comme la colonne bombardée par l’armée française en février 2019.

Puis, finalement son exil, comme la plupart des opposants tchadiens, prit la route de Paris. Une terre d’accueil qui se transforma en nasse judiciaire. En janvier 2017, premier signe : ses comptes bancaires, ainsi que ceux d’un autre chef rebelle tchadien, Mahamat Mahadi Ali furent gelés pour six mois, sur la base d’un arrêté des ministres de l’Economie et de l’Intérieur, prévoyant « le gel de tout ou partie des fonds, instruments financiers et ressources économiques […] qui appartiennent à des personnes physiques ou morales qui commettent, ou tentent de commettre, des actes de terrorisme ».

Fidèle d’Hissène Habré, rallié à Idriss Déby qu’il servit comme ministre de la défense avant de prendre le maquis en 2006 depuis son poste d’ambassadeur en Arabie Saoudite, Mahamat Nouri n’a jamais eu le profil d’un défenseur des droits humains, pas plus que celui d’un terroriste. « Il avait été mis en garde par son entourage qui se doutait que depuis le signalement de l’OFPRA une procédure risquait d’être ouverte » relate son avocate M° Le Gall, pour expliquer que Mahamat Nouri n’a pas l’intention de fuir la justice.

Par cette arrestation, la France, vient renforcer sa position d’alliée rêvée pour Idriss Déby, capable d’utiliser toutes les branches de son administration pour satisfaire son partenaire privilégié dans la lutte contre le djihadisme au Sahel. Sa diplomatie est en effet constamment à l’œuvre pour défendre le pouvoir tchadien devant ses créanciers et ses détracteurs, son armée a une nouvelle fois stoppé une attaque rebelle et désormais c’est sa justice qui se met en œuvre pour juger l’un de ses opposants qui ne rêvait encore du pouvoir que de très loin.

894 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article