La valse des slows et des accolades n’aura pas lieu. Le président français Emmanuel Macron annule son voyage prévu de longue date à N’Djamena pour une réunion très importante pour Barkhane, qui lutte contre le terrorisme au Sahel.

Face à plusieurs situations très tendues au Tchad, et observant plusieurs dérives antidémocratiques du régime d’Idriss Déby, plusieurs actes et manifestations de l’opposition, de la société civile et des forces vives associatives sont observés dans le pays. Les forces dites de sécurité répriment dans le sang les manifestants pacifiques alors que les manifestations sont des droits inscrits dans la constitution tchadienne.

Ces répressions observées depuis plusieurs années commencent par agacer les soutiens officiels du régime Déby, et cela fait réagir comme à l’exemple de la lettre de l’ambassade des États-Unis adressée aux autorités tchadiennes mettant la lumière sur les valeurs démocratiques.

En participant, et en médiatisant les manifestations pacifiques de ses compatriotes au Tchad le 06 février 2021, la diaspora tchadienne de France a dans son ensemble initié des démarches à travers des correspondances aux parlementaires français, et ciblé des personnalités influentes afin de porter son message qui est de dire que le voyage d’Emmanuel Macron au Tchad dans le contexte actuel apparait comme une position de complaisance avec les autorités de la dictature qui arrêtent et emprisonnent des hommes et femmes clamant la justice et l’équité, surtout les valeurs démocratiques.

Comment le président français devrait se retrouver à N’Djamena où des prisonniers d’opinion et politiques sont embastillés de la manière la plus abjecte.

Plusieurs déni de démocratie observé ça et là ont fini par convaincre le locataire de l’Élysée d’annuler (le déplacement est annulé « uniquement pour des raisons sanitaires ») le voyage de N’Djamena dans le contexte actuel, affirmant dans une excuse diplomatique le contexte de la santé (Covid-19) pour rester à Paris et suivre la réunion du G5 Sahel par visioconférence, pourvu que les autorités de la dictature arrangent le débit d’internet, eux qui comme tous les régimes dictatoriaux et policiers s’arrangent à ce qu’internet ne fonctionne pas correctement au pays.

Les députés et conseillers qui ont convaincu Emmanuel Macron de ne pas faire le voyage de N’Djamena permettent à la diaspora tchadienne de France de gagner une bataille, mais le chemin de la victoire totale contre la dictature est encore long, et la pression doit continuer de manière multiforme jusqu’à la mise en place d’une alternance démocratique au Tchad.

Tchadanthropus-tribune

2064 Vues

  • C’est qu’il faut demander à la France -s’il y a lieu de demander-n’est pas d’annuler un voyage de macron au Tchad mais lui dire d’arrêter la main mise politique et économique sur l’Afrique en général et le Tchad en particulier. De le demander de nous accorder notre souveraineté monnaitaire et libérer notre space aérien (notamment de quitter l’ ASCECNA) cette autre vache à lait de la France.
    Demander à la France d’arrêter d’infantiliser et de paterniser les africains et de vouloir vivre du sieur et du sang des noir.
    Il est temps de se séparer de la France, des ses institutions , de sa langue, du CFA et de tous les liens d’asservissement.
    Qui peut dire à quoi sert d’apprendre le français, quand le français lui a besoin de l’englais pour communiquer avec le monde.
    Le français est un frein au développement. Pour cela il suffit de regarder le Rwanda !!!!!

    Commentaire par Le Sahelien le 12 février 2021 à 22 h 53 min
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire