Macron l’a reçu avec des flatteries paternalistes ridicules, son Premier ministre Jean Castex et sa ministre des Armées Florence Parly sont allés dans son village natal à des milliers de kilomètres de la capitale lui présenter leurs vœux de bonne année et accepter ses cadeaux. Idriss Déby, président du Tchad depuis trente ans et maréchal depuis peu, leur fait le coup à tous : visite imposée au village tribal. Un village qui a déjà vu bien des quémandeurs illustres venir se prosterner. Madame Le Pen par exemple, en pleine présidentielle française, arrivée sur place dans un jet du Maréchal. Elle s’est bien gardée de s’en vanter. Notez que Castex et Parly n’ont tweeté leur visite que vingt minutes après que je leur ai demandé pourquoi ils la cachaient et s’ils en avaient honte. À présent, voici les élections présidentielles au Tchad. Démarrage en trombe et sang.
Vendredi un opposant issu de la tribu du maréchal, monsieur Yaya Dillo, a déposé son dossier de candidature à la présidentielle.
Dimanche la garde présidentielle commandée par le fils du Maréchal a pris son domicile d’assaut. « Un incident violent » avait aussitôt titré la chefferie (?) de RFI pour noyer un article pourtant bien factuel. On y apprenait en effet que « l’incident » était en réalité un assaut en char faisant cinq morts dont la mère et le fils du candidat !
Depuis, au fil des heures la résistance se constitue. En effet le pays est à vif. Depuis des semaines, on avait vu de puissantes manifestations populaires déferler dans les rues. Cette fois-ci les chars sont dans la rue. Les chars que Macron venait de livrer au maréchal… Pourtant les gens sont là en défense à mains nues.
L’urgence est de sauver la vie de l’opposant Yaya Dillo. Non par accord avec lui (nous ne sommes pas tchadiens) mais pour permettre que l’élection ne soit pas la mascarade qu’elle vient d’être au Niger où le record du monde du bourrage d’urnes vient d’être remporté haut la main (avec même des scores de plus de 100 % ici ou là). Il le faut aussi pour que les Tchadiens sachent que la France ce n’est pas seulement Macron et les chars qui les agressent. La France c’est aussi les Français qui rêvent d’un partenariat mutuellement respectueux sur des dynamiques partagées avec les Africains de tous les pays.

Jean Luc Melenchon

1470 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire