Annoncée depuis plusieurs jours comme une visite d’adieu de l’actuel ministre des Affaires étrangères de la France en Afrique et particulièrement auprès de son ami Idriss Déby, Jean Yves LE DRIAN avait accepté de son propre chef de rencontrer l’opposition et la société civile à N’Djamena. Un pas qui devait aller dans le sens des remarques que lui ont faites plusieurs voix officielles en France à cause de son parti complètement prit envers une dictature implacable au Tchad. La rencontre programmée avec des députés tchadiens et quelques membres de la société civile devrait sceller et affirmer les dates définitives de la prochaine législative.

Mais que faire ? L’ami des dictateurs africains a changé son programme à la dernière minute après son retour au Congo pour foncer directement à Amdjaress où toute la République afflue pour présenter ses condoléances à Idriss Déby. “Faut-il ne pas énerver le patron plus qu’il ne l’ait actuellement ? “ Ou bien la mallette des adieux a trop pesé ?

Toutefois, l’opposition tchadienne qui n’a jamais trouvé la balance pour se faire respecter doit envoyer un message fort à tous ceux qui s’immiscent dans la vie politique tchadienne, et qui penchent qu’un d’un côté oubliant l’équilibre qui doit être fait au sein de l’échiquier politique de notre pays. Le DRIAN ou un autre, il faut dès à présent se foutre des marchands d’étoffes et autres colibris qui jasent pour leurs gosiers. La France, si elle ne veut pas changer de politique, doit accepter d’être complètement compromise avec les dictatures et perdre de ce fait son image jadis assez bien polie.

Macron qui veut se séparer de DRIAN pour la seconde tranche de son mandat doit encourager l’alternance pour nos pays, même si aujourd’hui chacun d’entre nous sait que l’hexagone ne pourra jamais être à la place des Tchadiens eux même pour revendiquer leurs droits. Mais la conjugaison de ces deux entités peut raisonner fort et sonner les glas des injustices. Vivement que Le Drian s’en aille pour revoir les positions de la France qu’il a si souvent personnifiée, à coup de mallette et des bombardements sur les nationaux divers.

Tchadanthropus-tribune

3031 Vues

  • C’est quoi un ministre d’un état la France qui devrait rencontrer l’opposition et la société civile du Tchad. Et que s’il ne les rencontre pas c’est la fin de tout. En quoi les rencontrer aurait changé quelque chose ? Nous même Africains donnons trop d’importance à ces petits voleurs. Cherchons nos propres solutions à nos propres problèmes.

    Commentaire par Mahamat Saleh Yaya le 23 mai 2019 à 2 h 45 min
  • Je comprends qu’on reproche à la France de ne pas écouter les oppostions en Afrique. C’est que je ne comprends pas , c’est pourquoi on ne fait pas le même reproche aux autres puissances comme les USA, la Russie, la Chine et la Grande-Bretagne, pour se limiter aux super-membres du conseil de sécurité de l’ONU.

    Commentaire par ahmat barka le 23 mai 2019 à 15 h 32 min