Après la guerre contre le terrorisme, Idriss Deby a accepté de s’engager pour le compte des Européens à  stopper les migrants africains en mettant en place des barrages routiers sur les points de passage identifiés par les éléments de la base militaire française au Tchad, précisément ceux de Faya, principale ville du nord tchadien, étape quasi obligée des migrants en partance vers la Libye à partir du Tchad.

 

C’est en disant oui, d’emblée à l’homme pressé, Emmanuel Macron, qu’Idriss Deby espère rendre plus flexible le locataire de l’Elysée à son égard.
Sous-traiter la guerre contre le terrorisme par les troupes noires, et maintenant, sous- traiter la traque des migrants par leurs frères africains sur le sol africain, sans compter la dévaluation du franc CFA à venir! Telle est la colonne vertébrale de la politique africaine de Macron. Encore une fois, la françafrique utilise l’un de ses plus fidèles mercenaires Idriss Deby pour faire le sale boulot. Croire qu’un plan de développement sera financé pour le Tchad par une Italie en crise, par une France soumise à de profondes restrictions budgétaires qui n’épargnent même pas les allocations logement des étudiants, est une grave niaiserie et une folle illusion d’Idriss Deby.

 

Lors du Sommet du G5 Sahel, Macron a forcé chaque pays africain à sortir 10 millions d’euros pour financer la mise en place de cette armée de mercenaires noirs. Il est évident que les pays africains continueront à assumer cette charge financière tant que cette force sera opérationnelle.
Après le terrorisme, Macron s’attaque à la question des migrants qui « envahissent » l’Europe. Son approche est de barrer la route des migrants pour les empêcher de pénétrer en Libye et d’embarquer depuis les côtes libyennes vers l’Europe.
Pour ce faire, il lui faut la complicité des pays limitrophes comme le Tchad, le Niger, le Soudan présentés comme des zones de passage et de la Libye comme étant une base de regroupement, mais surtout zone où les départs sont organisés moyennant finance vers l’Europe.
Emmanuel Macron a précisé que des points OFPRA seront positionnés sur les frontières desdits pays pour étudier si les migrants arrêtés sont des réfugiés économiques ou politiques. S’ils sont des réfugiés politiques, alors les représentants de l’OFPRA vont les aider à partir pour l’Europe. Comment ? En leur donnant un visa pour la France ? S’ils sont des réfugiés économiques, les militaires tchadiens  les refouleront !

 

Quelle blague ignoble! Qui peut croire à une pareille histoire! Quand des Africains présentant toutes les garanties financières se voient régulièrement refuser des visas pour la France, on veut nous faire croire que sur un point éloigné de la frontière entre le Tchad et la Libye, en plein désert, des représentants de l’OFPRA vont se pencher sur le cas de migrants arrêtés. Sélectionner les migrants réfugiés politiques venant selon le Ministre de l’intérieur français  de pays en guerre et les migrants économiques issus des pays en difficultés économiques. Qui peut imaginer sur un poste frontière en plein désert, des migrants en train de remplir des documents administratifs en cochant des cases réfugiés politiques ou migrants économiques?
Le Tchad a, bien sûr, accepté d’emblée de faire le sale  boulot pour cette nouvelle politique anti-migrants. Il sera question tout simplement de refoulement organisé de concert avec les militaires tchadiens. Le Niger n’a pas encore précisé sa position. Mais dans ce pays aussi sont positionnés des éléments militaires français qui feront le travail de  » tri  » des migrants. Ce qui est préparé, c’est tout simplement un enrôlement des forces tchadiennes et nigériennes pour empêcher les migrants venus de tous les coins d’Afrique, de passer les frontières de la Libye. Comment contrôler plus de 1000km de frontières ?

 

Pour le cas de la Libye, Macron a voulu jouer au plus malin, en repositionnant  la France dans le dossier libyen en vue d’une médiation pour la paix, espérant ainsi agir plus tard sur les réseaux de passeurs des migrants. Les leaders libyens sont venus écouter le nouveau Président français et sont répartis sans aucune évolution, ni accord sur quoi que ce soit.

 

La politique anti-migrant de Macron a aussi un axe de limitation de naissance sur le Continent noir. Là aussi, Idriss Deby a dit oui et s’est engagé à mettre en place une politique de limitation des naissances des femmes tchadiennes. Pas plus de 3 enfants par famille ! Un autre délire du Président français qui semble vouloir déverser sur les Africains toutes ses idées les plus folles et insensées et les présenter comme des solutions miracles aux problèmes actuels dus, entre autres, au pillage éhonté des ressources du continent et au désordre socio-politique sciemment entretenu, notamment des conflits armes.

 

Immigration, limitation de naissances, dévaluation, terrorisme sont les thèmes mis en avant par Emmanuel Macron pour parler de l’Afrique. Ce sont les fondamentaux de sa politique africaine. Il y a de quoi s’inquiéter et il est urgent de se réveiller.

 

Tchadanthropus-tribune avec  ZoomTchad.

1694 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article