De sources dignes de foi, Idriss Déby Itno est arrivé à Paris le lundi 28 mai 2018 vers 18 h à Paris en comité restreint pour assister aux rencontres inter-libyennes organisées par la France. À l’aéroport privé du Bourget Idriss Déby a été accueillie par Mrs Amine Abba Siddick ambassadeur du Tchad à Parisde Todjimbé Toïdé Masrangar de la francophonie – celui qui à l’époque se cassait la gueule avec certains membres de la diaspora MPS, ami personnel de la dictature, de Bamaré qui représentait l’association MPS de France et quelques autres menus fretins venus pour la circonstance. Dans sa cohorte, Idriss Déby avait fait embarquer le ministre des Affaires étrangères Mahamat Zène Chérif, celui délégué à la défense Bichara Issa Djadallah, et Djiddi Saley conseiller à la sécurité qui se fait passer comme le spécialiste de la Libye.

Aussitôt arrivé, les choses sont allées très vite. La soirée de lundi à mardi a permis de s’imprégner de la situation avant la rencontre du lendemain. Selon la même source, Déby aurait reçu quelques personnes en audience. Le lendemain juste après l’ouverture de la réunion qui lui a permis de prendre part, Déby a repris le chemin du retour le mardi 29 mai 2018 vers 14 h, ne pouvant pas attendre, car la situation au pays urge et les tensions sont très exacerbées avec les grèves sèches et illimitées.

 

Dès ce départ précipité vers Paris, puisque cela s’est organisé dans la parfaite confidence, une certaine opinion à N’Djamena avait commencé par véhiculer l’hypothèse de la maladie, affirmant au passage qu’Idriss Déby devrait être opéré en urgence, et que la nouvelle d’une opération chirurgicale divergeait au sein de son clan. L’information est totalement fausse, car après le recoupement de la rédaction de Tchadanthropus-tribune, aucune visite médicale n’a eu lieu à Paris dans un quelconque hôpital, non plus aucune hospitalisation indiquant qu’il y avait un problème de tension ne permettant pas une opération. Déby est venu et reparti comme il était arrivé, un séjour de moins de 24 heures. Somme toute, personne ne pourrait exclure une maladie puisque depuis plusieurs années on raconte les mêmes choses. Mais que nos lecteurs ne s’en inquiètent pas, si le contraire se produisait, nous serons là pour écrire et dire la vérité. Cette fois-çi, la rumeur n’était pas fondée.

  • La conférence sur la Libye a encore été un succès, faudrait-il que les partis en belligérances puissent respecter leur engagement sur les dates des échéances à tenir. Sur la photo de famille, vous remarqueriez qu’Idriss Déby est bel et bien absent, ce qui suppose son départ comme nous l’avions ci-haut énuméré. À paris, Idriss Déby n’était pas le seul chef d’état africain invité par Macron. Plusieurs chefs d’États africains et chefs de délégations étaient là pour la conférence. Notez aussi la présence des autres pays partenaires (France, pays hôte, Russie, Allemagne, États-Unis d’Amérique, Chine, Italie, Allemagne, Pays-Bas, Égypte, Niger, Tunisie, Algérie, Maroc, Émirats arabes unis, Qatar, Arabie saoudite, Koweït, Turquie et Malte. L’Union européenne, l’ONU, l’Union africaine et la Ligue arabe) sont représentées également au titre des organisations internationales.

 

Donc, aussitôt et avant la fin de la conférence, Idriss Déby et sa délégation sont repartis au Tchad où ils sont attendus presque à l’heure du ftour (rupture de Jeûn), alors qu’à Paris les conciliabules inter-libyens se sont terminées par un succès apparent sous l’égide de la France.

Tchadanthropus-tribune

3250 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article