Le président tchadien devrait être reçu à Paris par Emmanuel Macron le 15 juillet. L’avenir de la présence française au Tchad sera au cœur de leurs échanges.

Le chef de l’État tchadien Mahamat Idriss Déby doit se rendre à Paris mi-juillet. Il devrait être reçu à l’Élysée par son homologue français, Emmanuel Macron, le 15 juillet, cette date n’ayant pas été définitivement arrêtée. La dernière entrevue entre les deux hommes remonte au dernier séjour de Mahamat Idriss Déby en France, en octobre 2023.

Les deux présidents se sont néanmoins parlé par téléphone le 17 mai. Emmanuel Macron avait félicité son homologue tchadien pour son élection à la tête du pays (AI du 20/05/24).

L’avenir de la présence militaire française au Tchad sera au cœur de la rencontre entre les deux chefs d’État, alors que N’Djamena accueille encore près d’un millier de soldats français. Le dispositif militaire français au Tchad a suscité d’intenses débats jusqu’à la fin du mois de mai au sein du ministère des armées. L’éventualité de l’envoi d’une compagnie supplémentaire dans la capitale tchadienne, un temps étudiée par l’état-major des armées, a été abandonnée début juin. Les effectifs français présents à N’Djamena devraient finalement passer de 1 000 à 300. En mars, le président Mahamat Idriss Déby Itno avait reçu à N’Djamena l’envoyé personnel d’Emmanuel Macron pour l’Afrique, Jean-Marie Bockel.

Rapprochement avec la Russie ?

Depuis le mois de mars, le président français a déjà reçu à l’Élysée les principaux chefs d’État africains concernés par la réarticulation de la présence française sur le continent : Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire), Brice Clotaire Oligui Nguema (Gabon) et enfin Bassirou Diomaye Faye (Sénégal). Seul Mahamat Idriss Déby n’avait pas encore été accueilli au Palais.

Cette visite en France intervient un mois après le passage à N’Djamena du ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et alors que de nombreux conseillers du président tchadien verraient d’un bon œil un rapprochement avec la Russie de Vladimir Poutine.

Outre la présence militaire française, la question du Soudan sera à l’agenda de la rencontre entre les deux présidents. Celle-ci pourrait néanmoins être reportée, en raison de la très volatile situation politique française, alors que le deuxième tour des élections législatives du 7 juillet a privé Emmanuel Macron d’une majorité à l’Assemblée nationale.

Tchadanthropus-tribune avec Africa Intelligence

313 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire