L’office français de protection des réfugiés et apatrides s’en trouve assez souvent gruger ces derniers moments par de faux réfugiés. Le constat est grave, et cela faudrait le relever pour que de vrais réfugiés ne soient pas injustement lésés.

Selon nos informations, de juin 2018 à mai 2019, l’OFPRA a enregistré plus de 150 demandes d’asile des personnes se faisant passer comme des réfugiés du Darfour avec des documents tchadiens. Pire, certains d’entre eux avaient officier comme militaire et enfants soldats dans l’armée d’Idriss Déby Itno.

La reconversion instrumentalisée par des individus organisés dans le circuit des droits de l’homme ne doit pas tromper la vigilance des acteurs qui officient au sein des représentations chargées d’asile. Dès alors, autant des faits sont passés sous silence par une entité qui a une volonté réelle de vouloir couvrir des vrais criminels qui ont la main pleine de sang. Les sympathisants de Mini Arkou Minaoui et des différentes rébellions du Darfour qui ont investi le Tchad sont nombreux entre Londres et Paris, venus avec des documents tchadiens, affirmant d’être né à l’est du Tchad, alors que d’autres qui ont de réels motifs d’asile sont refoulés au-delà des frontières.

Les autorités françaises ne doivent pas accepter des criminels de guerre, des hommes sans foi ni loi, emportant avec eux l’anarchie moribonde.

Nous passons par Tchadanthropus-tribune pour informer les Tchadiens et l’office des réfugiés parce que ce site d’information est reconnu et lu par beaucoup de monde. Dans notre prochaine contribution, nous allons donner les noms des fonctionnaires tchadiens qui sont en même temps réfugiés, qui continuent de toucher leurs salaires et les allocations sociales en France. Les noms des militaires qui ont un salaire au Tchad, leur communauté et comment ils ont acquis ou veulent acquérir le titre de réfugié en France, y compris les Darfouris qui se font passer comme des Tchadiens. Merci à Tchadanthropus-tribune de publier.

Correspondance particulière

Tchadanthropus-tribune

865 Vues

  • Par le passé vos parents furent complices de habre pendant sa boucherie, cette macabre situation n’avait pas empêcher l’ofpra à vous accorder l’asile politique, comble de l’ironie vous demander sans vergogne à ce que on applique la loi sur des faits qui vous impliquent également. Taiser vous c’est mieux.

    Commentaire par Fontaine Jean le 17 juin 2019 à 13 h 28 min