Le général deux étoiles Patrice Morand devrait prendre cet été le poste de n° 2 de l’opération Barkhane, succédant à un autre pilote de chasse, le général Fabien Kuzniak. Ancien pilote de Mirage 2000D, Morand connaît déjà bien la région : de juillet 2018 à juillet 2019, il a été commandant de la base aérienne de Niamey. Durant son séjour nigérien, il avait activement plaidé pour le développement des actions dites « civilo-militaires ». A son retour dans l’Hexagone, il avait pris la tête du bureau « Europe, Russie et Amérique du Nord » de la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS). Par le passé, il a été attaché de défense (air) à Londres. Le général a aussi été l’aide de camp successif de Nicolas Sarkozy puis de François Hollande entre 2010 à 2013.

Le « GAO » (général adjoint opérations) est traditionnellement, depuis le début de l’opération Barkhane, un aviateur. Plusieurs y ont brillé, comme le général Cyril Carcy, nouveau n° 2 de la Direction du renseignement militaire (DRM) à Paris, et Thierry Garreta, futur chef du Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO) à l’état-major des armées. Le plus connu reste néanmoins le général Stéphane Mille, actuel chef d’état-major de l’armée de l’air et de l’espace et « GAO » de Barkhane de 2016 à 2017 (AI du 17/06/20).

Patrice Morand posera ses valises au Sahel alors que Paris a opéré une vaste réorganisation de sa présence dans la région, liée à son retrait du Mali. Le format, comme le nom de Barkhane, devraient ainsi être amenés à changer tout prochainement.

Tchadanthropus-tribune avec Africa intelligence

227 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire