Tchadanthropus-tribune vous l’avait promis, eh bien c’est chose faite. Nos lecteurs apprécieront la clarification des causes et effets qui ont entouré le procès de l’ex-président Hissein Habré. Dans la 1ère partie, certains observateurs seront édifiés sur la nature du procès et surtout l’échec du régime MPS et ses parrains à asseoir une vraie gouvernance, à assumer l’échec et constituer une vraie relève. L’argent du pétrole au lieu de servir à développer notre pays, fut distribué pour faire la cabale d’un homme parce qu’il ne répond pas au profil françafricain du temps. Écoutez, appréciez et analysez.

Tchadanthropus-tribune

 

1497 Vues

  • Poignant dans la mesure où elle ne regarde que le côté défense de son mari! Elle aurait pue présenter ces excuses aux peuples sans prétention ni orgueil mal placé

    Commentaire par Pierre moussa le 16 août 2018 à 9 h 38 min
  • Sous le regime de son Excellence Hisseine HABRE, le Tchad était plus démocratique qu’il ne l’est aujourd’hui et sous le résigné de 27 ans de Idriss DEBY.
    En effet, un poids lourd du régime HABRE, défunt Ousmane ISSA et un grand homme d’affaires indépendant, Addoudou ARTHUR se présent tous les deux, le premier fort du soutien du pouvoir et le second de sa prestige d’homme d’affaires, pour briguer le poste de maire de la ville de N’djamena. A la grande surprise de tout N’djamena et surtout des cadres du parti au pouvoir dirigé par HABRE, l’homme d’affaire remporte l’élection. C’est un fait une réelle démocratie et au vue de cette acceptation des résultats par les voies des urnes, HABRE ne peut être qualifié que d’un grand démocrate contrairement à DEBY se basant sur les faits et aux constats de 27 ans des mascarades.
    Sur le plan militaire, sous HABRE malgré qu’il un cadre de l’administration et non de l’armée, HABRE a commencé a organisé l’armée. Il n’a pas nommé une pléthore des généraux et autre officieux. Un fait il commencé par nommé, près casernement et formation, des commandants.
    Sur le plan gestion de ressources personnes ne pouvait détourner les deniers publics, contrairement avec DEBY durant ses 27 ans des détournements des biens.

    Commentaire par DÉMOCRATIE COMPARATIVE HABRE / DEBY le 16 août 2018 à 22 h 16 min
  • DÉMOCRATIE COMPARATIVE HABRE /DEBY

    Sous le régime de son Excellence Hisseine HABRE, le Tchad était plus démocratique qu’il ne l’est aujourd’hui sous celui d’Idriss DEBY avec une durée de presque trois décennies.

    En effet, un poids lourd du régime du Président HABRE, le défunt Ousmane ISSA et un grand homme d’affaires indépendant Addoudou ARTHUR se présentent aux élections, le premier fort du soutien du pouvoir et le second de sa prestige d’homme d’affaires, pour briguer le poste de maire de la ville de N’djamena.

    A la grande surprise de tout N’djamena et surtout des cadres du parti au pouvoir dirigé par le Président HABRE, l’homme d’affaire Addoudou ARTHUR remporte l’élection organisée par le Parti au pouvoir. C’est un fait, une réalité démocratique et au vue de cette acceptation des résultats issus des urnes, Son Excellence le Président HABRE ne peut être qualifié que d’un grand démocrate, un grand Homme d’État contrairement à DEBY se basant sur les faits et aux constats de 28 ans des mascarades.
    Que les « politiciens» nous éclairent sur l’organisation de cette élection sous le règne du Président HABRE. C’est un cas d’école de Démocratie!

    Sur le plan militaire, sous HABRE malgré qu’il un cadre de l’Administration et non de l’Armée, HABRE a commencé à organiser l’Armée. Il n’a pas nommé une pléthore des généraux et autres officieux. Un fait il commencé par nommer, après casernement et formation, quelques commandants qui commandaient des Zones.

    Sur le plan gestion de ressources financières, personne ne pouvait détourner les deniers publics, contrairement avec DEBY durant ses 28 ans des détournements des biens. Sur le plan gestion administrative aussi il n’y a rien de comparable.

    En fin, pourquoi le Président HABRE n’a pas voulu l’exploitation du pétrole ? En tout cas malgré les faibles ressources dont disposait l’État, il y a eu le passage du demi – salaire au plein salaire des fonctionnaires. Le Tchad était effectivement en plein progrès.

    Commentaire par DÉMOCRATIE COMPARATIVE HABRE / DEBY le 17 août 2018 à 0 h 08 min