Mon cher Gadngar Timothée. Je crois ni mes yeux ni mes oreilles. Deux avant que tu tires ta révérence pour rejoindre au paradis ton père que tu as tendrement aimé, ta mère et ton unique petite sœur, je t’ai appelé pour te demander de m’envoyer ton certificat de nationalité française que toi et moi avions obtenu de hautes luttes qui durent des dizaines d’années. En effet, le Président français, Hollande, vient de délivrer le certificat de nationalité française aux anciens combattants encore en vie et je t’ai demandé copie en ta possession pour  envoyer au Président Hollande, copie que je ferai accompagner d’un mémorandum pour toutes fins utiles. En réponse au téléphone, tu me dis que tu n’as plus de force pour rechercher un document et que tu es entrain de mourir. Croyant à une plaisanterie habituelle que nous nous faisons pour rire, je t’ai dit te tenir fort et bon, car il y a la lueur avec la décision du Président Hollande. « Je suis à bout de souffle » me dis-tu et au deuxième jour, un de tes fils m’a téléphoné pour me dire que tu viens de rendre l’âme. Brave Timothée Gadngar, tu as lutté comme un lion et tu es le tout premier fils d’ancien combattant au monde a acquérir la nationalité française. Du fond de sa tombe en terre française, ton père Gatingar est, à coup sûr, fier de toi. Grâce à ta lutte, il est honoré par la France comme héros de la Deuxième Guerre mondiale. Il est inscrit sur le « monument aux morts pour la France ». Repose-toi en paix.

 

Ton compagnon de lutte Ngarlejy Yorongar

898 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article