La représentation diplomatique de la France au Tchad a célébré ce vendredi 14 juillet 2023, la prise de la Bastille et de l’abolition des privilèges. Une commémoration annuelle qui a permis à l’ambassadeur de la France, Bertrand Cochery de rappeler la relation Franco-Tchadienne et de manifester sa solidarité au peuple tchadien.

 

C’était une occasion pour l’ambassadeur de situer la position de la France dans la vie politique. Il a souhaité que le chemin de la Transition se poursuivre de la manière la plus ouverte possible, dans un esprit de dialogue, et selon le calendrier prévu, jusqu’à une élection présidentielle libre, transparente et inclusive, qui en marquera la dernière étape.

 

Selon lui, la France a redit sa disposition à soutenir une Transition en actes, non dans le but de reconduire un système à l’identique, mais pour favoriser les réformes et l’émergence d’un Tchad différent. « Celui d’une génération et d’une jeunesse qui, ici comme sur tout le continent africain, demande à avoir voix au chapitre, et ne demande qu’à placer son énergie et ses compétences au service de la construction du Tchad de demain. Cette aspiration, c’est ici et maintenant qu’elle se manifeste. C’est ici et maintenant qu’il faut l’écouter et lui tendre la main ».

 

Pour Bertrand Cochery, avec les violences qui ont durement marqué les premiers mois de la Deuxième Transition, le 20 octobre 2022 et les semaines qui ont suivi, puis celles qui ont éprouvé les populations du Logone Oriental, du Mandoul et du Guéra. « La Transition a connu un « retour du tragique » qui interpelle et doit conduire à rassembler toutes celles et ceux qui refusent la fatalité de la violence et le retour des vieux démons d’un pays qui a trop souffert et ne demande qu’à vivre en paix. Tourner la page de la violence, ce sera la victoire de la Transition » a-t-il insisté.

 

Le Tchadanthropus-tribune avec Ndjam post

1366 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire