Dans le cadre des actions du G5 Sahel, 1200 soldats tchadiens sont arrivés à Nguigmi à la frontière entre le Tchad et le Niger.

Ces forces vont se rendent dans la zone des 3 frontières (aux confins du Burkina Faso, du Mali et du Niger), point brûlant de la guerre contre l’extrémisme violent.

Si le Tchad doit voler au secours des autres pays africains, cela doit passer par la voie normale, en consultant l’Assemblée nationale même si celle-ci a perdu de sa verve et sa légitimé.

Une telle décision est lourde de conséquence et qui doit engendrer sans doute de mort d’homme. Idriss Déby ne doit pas prendre tout seul la décision d’envoyer les fils du pays au mouroir sans consulter les organes pouvant représenter le peuple.

Tchadanthropus-tribune

891 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire