Idriss Déby vient de mettre sur pied sa task force chargée de piloter le G5 Sahel alors que le Tchad prendra la présidence tournante de l’alliance en février et que le pays accueillera un vaste sommet de l’organisation régionale le mois prochain.
 
2021 s’annonce d’ores et déjà comme une année chargée pour Idriss Déby. Le président tchadien briguera en avril un sixième mandat à la tête du pays mais, outre sa campagne électorale, il héritera en février de la présidence du G5 Sahel, l’organisation régionale associant le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

Officialiser la passation de pouvoir

Dans cette perspective, Idriss Déby doit organiser un sommet à N’Djamena le mois prochain. Celui-ci réunira ses quatre homologues de l’organisation, et possiblement Emmanuel Macron. L’événement officialisera la passation de pouvoir entre le chef de l’Etat mauritanien Mohamed Ould Ghazouani – actuel président en exercice du G5 Sahel – et Idriss Déby.
 
En préparation du sommet, le pensionnaire du Palais rose a reçu à N’Djamena le 4 décembre le secrétaire exécutif du G5 Sahel, Maman Sambo Sidikou. Il a par ailleurs longuement évoqué la future présidence du G5 avec le premier ministre français, Jean Castex, lors de la visite de ce dernier au Tchad du 31 décembre au 1er janvier. En amont de la rencontre, Idriss Déby s’était entretenu le 16 décembre avec l’envoyé spécial de la France pour le Sahel, Frédéric Bontems.

Le ministre de l’économie Issa Doubragne à la manœuvre.

Le chef de l’Etat tchadien vient de mettre sur pied une task force pour se préparer à prendre la tête du G5. Au gouvernement, le ministre de l’économie Issa Doubragne (47 ans) aura la haute main sur le dossier. Il sera largement appuyé par le conseiller diplomatique d’Idriss Déby, Acheikh ibn Oumar, l’influent ministre de la défense Abali Salah, ainsi que par son ministre des affaires étrangères Amine Abba-Sidick.
Alors que la France souhaite profiter de l’élection de Joe Biden pour faire passer la force conjointe du G5 Sahel sous Chapitre VII de la charte des Nations unies, dès cette année, le chef de la diplomatie tchadienne sera aux avant-postes pour mener avec ses homologues sahéliens un actif plaidoyer auprès du Conseil de sécurité. Membre “non permanent” de celui-ci, le Niger devrait être à ce titre largement sollicité.

Un nouveau coordonnateur chargé du G5 Sahel

La présidence a par ailleurs nommé le 23 décembre – sur proposition d’Issa Doubragne – un nouveau coordonnateur chargé du G5 Sahel en la personne d’Hissein Abakar Mbodou. Ancien conseiller aux affaires économiques à la primature sous Kalzeubé Pahimi Deubet, Hissein Abakar Mbodou remplace à ce poste Djondang Tchaknone Enoch.
 
Idriss Déby mène également depuis le mois d’octobre un intense lobbying auprès de ses homologues du G5 pour faire nommer à la tête de la Coalition pour le Sahel le diplomate tchadien Djimet Adoum, comme Africa Intelligence l’a raconté le 23/12/20.

Tchadanthropus-tribune avec la lettre du Continent

531 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article