Un sommet virtuel doit réunir le 30 novembre les cinq chefs d’État du G5 Sahel et le président du Conseil européen, Charles Michel. Au programme : l’avenir de la force militaire sahélienne, la Coalition pour le Sahel, ainsi que l’opération Takuba.

Premier bailleur international de la force conjointe du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad), l’Union européenne (UE) organisera le 30 novembre un sommet par visioconférence auquel participeront les cinq chefs d’Etat de l’alliance sahélienne. Ce sommet sera le premier du G5 Sahel depuis le coup d’Etat du 18 août au Mali, qui a poussé vers la sortie Ibrahim Boubacar Keïta. L’événement aura donc des allures de baptême du feu pour le nouveau président de transition Bah N’Daw, qui doit par ailleurs se rendre en Mauritanie pour rencontrer Mohamed Ould Ghazouani, président en exercice du G5 Sahel.

Du côté de l’UE, c’est le président du Conseil européen et ancien premier ministre belge Charles Michel qui jouera les maîtres de cérémonie. Il sera secondé par le chef de la diplomatie européenne, Josep Borell. Ce dernier avait dû renoncer fin octobre à effectuer une tournée sahélienne en raison de l’épidémie de Covid-19. Une réunion préparatoire au sommet s’est tenue le 9 novembre et a réuni les cinq ministres des affaires étrangères du G5 Sahel et l’envoyé spécial de l’UE pour le Sahel, le diplomate espagnol Angel Losada.

Déménagement de la Coalition pour le Sahel en vue

Depuis 2018, Bruxelles a décaissé plus de 238 millions d’euros au bénéfice de la force sahélienne. Les enveloppes de l’UE ont principalement été utilisées pour financer l’achat d’équipement (blindés, gilets pare-balles, etc.) pour les militaires du G5 Sahel (Africa Intelligence du 10/11/20). Outre le soutien de l’UE à l’alliance panafricaine, l’avenir de la Coalition pour le Sahel, lancée en mars 2020 dans la foulée du sommet de Pau, devrait aussi être évoqué lors de la visioconférence du 30 novembre. Le siège de cette organisation doit déménager de Paris à Bruxelles dans le courant du mois de janvier.

A l’agenda du sommet également, l’opération européenne Takuba, qui réunit plusieurs centaines de forces spéciales issues de pays de l’UE et qui est en cours de déploiement depuis l’été. Le 27 octobre, le Parlement tchèque a validé l’envoi de 60 forces spéciales pour rejoindre les rangs de Takuba jusqu’en 2022. En avril dernier, Charles Michel avait déjà organisé un premier sommet par visioconférence entre l’UE et le G5 Sahel (Africa Intelligence du 24/04/20).

Tchadanthropus-tribune avec la Lettre du Continent

359 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article